Yagha (région du Sahel) : La section provinciale du MBDHP alerte sur la situation humanitaire difficile

30

Depuis plus de quatre (4) ans, la province du Yagha vit sous emprise de l’hydre terroriste. Cette situation sécuritaire rend la province de plus en plus vulnérable et hypothèque lourdement tout développement de la province. Il est urgent et impérieux qu’une inversion positive de tendances s’amorce et se concrétise à travers une gestion efficace de la situation, avec la contribution de tout citoyen épris de paix et soucieux de la cohésion sociale tant recherchée.

La province du Yagha a connu en effet un pic d’insécurité inégalable depuis l’assassinat du doyen Bab LANKOANDE, l’enlèvement du pasteur Omar TINDANO et ses enfants, dans la nuit du 10 au 11 février 2020, suivi de l’exécution du pasteur le 13 février 2020. A la suite de l’exécution du 13 février, s’en sont suivies les atrocités du 29 février 2020, lors de l’attaque du commissariat de police qui a coûté la vie à dix de nos vaillants policiers. Cette dernière attaque était-elle de trop, pour voir la province se vider de la majorité de ses services publics ?

Ainsi a-t-on amèrement constaté la fermeture :

- Du commissariat de police, pourtant chargé de la sécurité des personnes et des biens ;

- Des services de la douane, de l’environnement, de la perception, des impôts et finances, de la plupart des écoles et lycées, ainsi qu’une suspension temporaire des services de santé et de l’action sociale ;

- Du Haut-Commissariat, fermé temporairement et travaillant actuellement à minima.

Depuis, la situation sécuritaire délétère ainsi vécue au chef-lieu de la province a également entraîné la fermeture des services publics de base dans toutes les cinq communes de la province, à l’exception de quelques services de santé et de quelques établissements du primaire et du post-primaire, tels ceux de la ville de Sebba.

La ville de Sebba enregistre actuellement un afflux important de personnes déplacées internes (PDI) venues de différents villages de la province, suite à des menaces et ultimatums reçus d’hommes armés non identifiés.

Des villages comme Takatami, Mansila, Fouly, Pontitiaga se sont pratiquement vidés de leurs populations, qui ont trouvé refuge à Sebba, tandis que celles de Botonou, Ouro-Djama ont migré en grand nombre à Solhan, où ils estiment se sentir plus en sécurité.

Vivant dans des conditions extrêmement difficiles, il est à la fois urgent et impérieux que l’Etat Burkinabè redouble d’efforts pour venir en aide à ces PDI qui, pour la plupart, n’ont de quoi se nourrir, se soigner, se vêtir, ni se loger.

Les effets induits cette situation sécuritaire et humanitaire viennent ainsi en rajouter aux difficultés, multiples et multiformes, que vit la province du Yagha et la ville de Sebba en particulier, déjà confrontée à d’énormes problèmes d’eau, de vie chère du fait de la flambée des prix des produits de première nécessité et du carburant (700 à 800 FCFA le litre d’essence), d’inaccessibilité due à l’état défectueux des routes, de qualité défectueuse des réseaux de téléphonie mobile, etc.

Hélas, les lendemains d’élections couplées du 22 novembre 2020 (qui d’ailleurs, dans la province du Yagha, n’ont pu se tenir qu’à Sebba et à Boundoré pour cause d’insécurité) n’augurent pas de meilleures perspectives. En effet, à l’issue de ces élections et de la victoire du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP), la solution d’urgence à cette insécurité ambiante n’a consisté qu’en un recrutement de Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) qui du reste et en attendant meilleure solution, devraient être rigoureusement encadrés, afin d’éviter toutes dérives possibles et rassurer les populations.

Face à une telle situation d’ensemble, la section du Mouvement Burkinabè des Droits de l’Homme et du Peuple (MBDHP) du Yagha, constant dans sa triple mission de promotion, de protection et de défense des droits de l’homme, invite instamment les autorités politiques provinciales (du Yagha) et nationales à :

Assurer un meilleur suivi et une meilleure protection des personnes déplacées internes (PDI) et les mettre dans des conditions humanitaires acceptables tout en n’oubliant pas ceux (PDI) se trouvant à Mansila, Boundoré et Solhan qui vivent également des conditions extrêmement difficiles ;

Œuvrer à réunir et garantir des conditions sécuritaires nécessaires pour leur retour dans leurs villages respectifs ;

Prendre en charge, de façon résolue, la question sécuritaire et de la cohésion sociale, pour une résolution efficace et efficiente de cette crise sécuritaire et humanitaire qui continue de faire des ravages inestimables ;

Améliorer les conditions de vie et de travail des éléments des Forces de Défense et de Sécurité (FDS), afin de leur permettre de mieux assurer la défense du territoire national contre les forces du mal qui traumatisent nos vaillantes populations et endeuillent la Nation ;

Prendre toutes mesures nécessaires pour la réouverture du commissariat de police, et de tous les services publics de Sebba ;

Prendre des mesures pour une harmonisation des prix des produits de première nécessité et des hydrocarbures de Sebba avec ceux du reste du Burkina Faso.

Sebba, le 18 Janvier 2021

LA SECTION MBDHP-YAGHA

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici