Vœux du nouvel an à l’UPC : 2018, une « année décisive » selon Zéphirin Diabré

36

Vœux du nouvel an à l’UPC : 2018, une « année décisive » selon Zéphirin Diabré

Cette traditionnelle cérémonie de présentation de vœux a surtout été un moment de réflexion et d’introspection et surtout, une occasion pour le chef de file de l’opposition, d’inviter les cadres et militants du parti à plus de détermination et d’engagement. A en croire Zephirin Diabré, 2018 sera une « année décisive » dans le cheminement de son parti qui est devenu une référence incontournable dans la vie politique burkinabè. « Celle de la reconstruction de notre machine politique pour nous préparer aux échéances à venir » a-t-il signifié.

En effet, au cours de l’année 2017, la vie du parti aura surtout été marquée par la démission des 13 députés au sein du groupe parlementaire. « Nous avons dû faire face à des tentatives de déstabilisation savamment orchestrées par des ennemis de la démocratie. Ces tentatives ont d’abord couvé dans les conseils municipaux dirigés par l’opposition (arrondissement 3 de Ouaga) avant de se déporter à l’hémicycle » a noté le Secrétaire général du parti, Adama Sosso.

Vœux du nouvel an à l’UPC : 2018, une « année décisive » selon Zéphirin DiabréPuis d’ajouter que « des députés, des militants et même notre président a été convoqué. Autant d’effets qui montre que le parti constitue certainement un problème pour certains ; mais ça nous a laissé de marbre. Nous continuons à travailler sereinement. L’UPC reste debout et se porte mieux. Et comme on le dit, vaut mieux être seul que mal accompagné ». Et le chef de file de l’opposition d’apporter une fois de plus, son soutien à ses militants. « (…) Certains de nos camarades ont été convoqués à la police, accusés par je ne sais trop qui, d’avoir violé des domiciles. C’est une manœuvre d’intimidation. Je rassure les camarades concernés de la solidarité pleine et entière du parti ».

Dans la même veine, Zéphirin Diabré soutient que les portes du parti restent grandement ouvertes, tout en soulignant que l’UPC ne court derrière personne. « Celui qui se rend compte qu’il s’est trompé peut à tout moment revenir à la maison. (…) Mais celui qui estime que son intérêt se situe ailleurs, qu’il prenne son courage à deux mains (…) au lieu de s’accrocher à l’UPC et d’avoir un pied dedans et un pied dehors » a-t-il lancé.

Un sorcier pour sauver le PNDES…

Vœux du nouvel an à l’UPC : 2018, une « année décisive » selon Zéphirin DiabréLe PNDES, la loi sur le partenariat public privé (PPP), la crise économique, le terrorisme, la problématique de la réconciliation nationale et la crise sociale, la mauvaise gouvernance ont fait l’objet de commentaires à l’occasion de cette rencontre. L’UPC, selon son secrétaire général, a toujours défendu les intérêts des burkinabè et s’est toujours impliqué dans la résolution des crises sociales. A ce sujet, Adama Sosso confie que le constant du PNDES est amer. « Le PNDES est en panne. Tous les mécaniciens et experts sont devenus muets et certains cherchent vainement des sorciers pour leur venir au secours. (…) » . A l’occasion, Zéphirin Diabré a appelé le gouvernement à trouver le ton et la voie juste pour ramener les enseignants et les élèves à l’école.

Notons que le cercle du parti s’est agrandi. Présent à la cérémonie de présentation de vœux, le Samandin Naaba a rejoint les rangs de l’UPC.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Lefaso.net