Tourisme interne au Burkina Faso :  Réduction de 25% dans les hôtels

38

ECOUTER

Le Ministère de la culture, des arts et du tourisme (MCAT), en collaboration avec l’Association professionnelle des hôteliers et restaurateurs du Burkina (APHRB), a rencontré les hommes de presse, ce jeudi 30 juillet 2020 à Ouagadougou. Les échanges ont porté sur la réduction de 25% des tarifs hôteliers durant la période des vacances dans les 13 régions du Burkina.

Une réduction de 25% est appliquée sur les tarifs en cours, dans les structures hôteliers partenaires de l’APHRB au Burkina Faso, du 01er août au 30 septembre 2020. C’est campagne de réduction qui est à sa 3ème année consécutive, est le fruit de la collaboration entre le MCAT à travers l’Office national du tourisme burkinabè (ONTB) et la faîtière des hôteliers et restaurateurs du Burkina Faso.

Le Ministre en charge du tourisme s’est fait représenter par son Conseiller technique, Samuel Garané. Dans son adresse, il a invité les Burkinabè de tous les âges à profiter de ce temps et de cette opportunité pour faire le tourisme interne. « Notre objectif, c’est que les Burkinabè eux-mêmes visitent les sites touristiques et fréquentent les établissements touristiques d’hébergement (ETH). Et nous espérons que durant cette période les établissements touristiques d’hébergement seront pris d’assaut par les nationaux », a-t-il souhaité.

« La situation de la COVID 19 a eu un impact considérable sur l’activité touristique. A travers cette initiative il s’agit de faire la promotion du tourisme interne, donc d’inciter les Burkinabè à visiter les sites touristiques et surtout à fréquenter les ETH. Durant cette période de vacances, tout national qui va séjourner dans un ETH dont la liste sera disponible sur les sites du MCAT et du Service d’information du gouvernement (SIG) va bénéficier de cette réduction » a indiqué Samuel Garané.

Une passerelle pour promouvoir le tourisme interne

Mais bien avant que le Burkina Faso n’enregistre son premier cas de la maladie COVID 19, le secteur touristique burkinabè était déjà affecté par la pandémie. Le caractère contagieux de la maladie a obligé les dirigeants du monde et du Burkina Faso, à prendre des mesures limitant les déplacements des personnes, afin de limiter la propagation de la maladie. Ce qui constitue une grande difficulté pour le secteur du tourisme, qui est de nature, un déplacement de personnes vers des lieux autres que leur résidence habituelle.

Nelson Congo est le Directeur général de (ONTB). Il a soutenu que le tourisme du Burkina Faso n’est pas différent en termes de qualité sur le terrain, de ce qui se passe dans les autres pays. « Les touristes étrangers ne viennent plus au pays et dans ce cas, toutes les structures qui s’étaient préparées pour ne vivre que de cela se retrouvent sur le gazon. Les hôteliers, les restaurateurs, les agences de voyages et bien d’autres sont entrain vraiment de tourner les bouches. La structure de promotion du tourisme ne peut pas être en reste. C’est pourquoi nous avons jugé bon de créer ces passerelles entre la presse et le secteur du tourisme » a-t-il expliqué.

L’objectif de l’APHRB est de contribuer à la promotion de l’hôtellerie et de la restauration au Burkina Faso, à l’augmentation de la desserte du tourisme au pays ainsi qu’à une meilleure et plus grande accessibilité aux divers sites touristiques.

Le Président de l’APHRB, Célestin Zoungrana, s’est réjoui de la décision des autorités burkinabè, de tenir les vacances gouvernementales de l’année 2020 à l’intérieur du pays.  « Cette période est la période des vacances ; c’est une période où on devrait avoir beaucoup d’affluence. Malheureusement c’est l’inverse au Burkina. Les coopérants repartent et nous aussi, nous les rejoignons en Europe, dans les pays côtiers pour les vacances. Pourquoi pas au Burkina ? Pourquoi ne pas aller dans notre terroir ? », s’est-il interrogé.

L’APHRB est née en 1972 et elle est aujourd’hui, membre de la Fédération des organisations patronales du tourisme et de l’hôtellerie de l’espace UEMOA. Depuis 2018, l’APHRB travaille à recenser et à sensibiliser les ETB sur l’importance et la rentabilité de cette réduction de 25% tant pour le pays et les citoyens que pour les différents promoteurs.

Issa Cyrille YELEMOU

Pour Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici