Sport : Koudougou se dote d’un complexe « OlympAfrica »

73

Le président du Comité national des sports olympiques burkinabè, Jean Yaméogo, a procédé, le dimanche 15 novembre 2020, à Koudougou, chef-lieu de la région du Centre-est, à l’inauguration du centre sportif OlympAfrica.

Après Ouagadougou, avec le terrain Naba Baongho de Tanghin, Koudougou bénéficie d’un centre sportif financé par le Comité international olympique à travers son projet « OlympAfrica ».

Le centre est composé d’un terrain de football, d’un plateau omnisports, d’un bâtiment administratif abritant aussi une salle d’entraînement pour les arts martiaux. Entièrement financé par le Comité international olympique, la réalisation de l’infrastructure a couté 100 millions de francs CFA.

Le public sportif de Koudougou a bien voulu être témoin de l’événement

Dans le choix du pays qui allait abriter l’ouvrage, le Burkina était en ballotage défavorable avec le Niger. « Mon cœur battait plus pour le Niger. Mais il faut demander à Jean (Yaméogo) ce qui s’est passé derrière pour que je reçoive les instructions de le construire au Burkina », a reconnu Alassane Thierno Diack, directeur exécutif de OlympAfrica.

En effet, un travail de lobbying et de plaidoyer a été mené par le président du CNOSB. « Nous avons négocié avec les responsables du Comité international olympique pour que l’infrastructure soit réalisée à Koudougou. Dieu merci, nous avons été entendu », a expliqué Jean Yaméogo.


Le Centre doit abriter exclusivement des activités sportives. Sa gestion a été confiée à un professeur d’éducation physique qui va veiller au bon fonctionnement de la structure. « Nous avons construit le centre d’abord pour vous. Il vous appartient. Donc nous ne viendrons pas le nettoyer pour vous. Ce sera à vous de vous organiser pour qu’il fonctionne correctement si vous voulez bénéficier d’autres investissements », a prévenu le directeur exécutif de OlympAfrica.


Au total 46 centres similaires ont été réalisés en Afrique. Mais seuls les plus meilleurs reçoivent plus de subvention de la part du Comité international olympique à travers Olympe Afrique.

Les activités politiques y sont formellement interdites. « Dès le premier jour que je vais constater qu’une activité politique se tient ici, je ferme le centre et je repars avec les clés », a averti M. Diack.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

Légendes

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici