Santé : L’aflatoxine, source de cancer du foie

93

Santé : L’aflatoxine, source de cancer du foie

Les aflatoxines sont présentes dans les aliments consommés. Elles se retrouvent dans toute la chaîne alimentaire. C’est-à-dire de la production dans les champs jusqu’à la consommation. Les champignons en question se trouvent dans la terre. Ainsi, la maladie compromet la sécurité alimentaire, la santé et le commerce dans de nombreux pays en développement.

La contamination des cultures tournent autour de 25%.

Les productions agricoles les plus touchées au Burkina et en Afrique sont le maïs et l’arachide. Du fait des températures élevées et une forte humidité, les moisissures, qui se développent normalement sur les végétaux morts ou en décomposition, envahissent les cultures alimentaires. Aussi, le stress dû à la sécheresse, les dommages causés par les insectes ou les mauvaises conditions de stockage peuvent contribuer à l’apparition plus fréquente de ces moisissures. La contamination se fait donc pendant les récoltes et les stockages.

Les effets de ces moisissures sur la santé et la richesse en Afrique sont considérables. Elles provoquent environ 5 à 30% des cancers du foie dans le monde. Elles inhibent le système immunitaire et retarde la croissance chez l’enfant. La maladie réduit également la productivité des animaux chez les éleveurs. Pour la volaille, elle réduit la ponte des œufs et leur poids. Au niveau des animaux, elle joue sur la production laitière.

La maladie affecte par ricochet les économies africaines. En ce qui concerne le Burkina Faso, il y a l’arrêt des exportations de la pâte d’arachide vers les États-Unis. Plus de 2 000 tonnes de maïs ont aussi déjà été rejetées par le Programme alimentaire mondial. Tout cela à cause du taux élevé d’aflatoxine. Pour cette raison également, la Brasserie du Burkina (Brakina) est souvent obligée de s’approvisionner ailleurs. Des pays comme le Sénégal et la Gambie sont dans la même situation.

Pour lutter contre la contamination, il est conseillé de bien appliquer l’itinéraire technique des productions. Il faut aussi utiliser les variétés de cultures recommandées. L’autre aspect, et pas des moindres, c’est de récolter à temps. Après, il faut procéder au séchage rapide. Il ne faut pas non plus oublier de trier les grains et les épis endommagés à la récolte. Il faut aussi stocker les récoltes dans des sacs propres, avoir une bonne aération dans les magasins.


Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net
Source : OMS ; IITA.

Lefaso.net