Santé en Afrique : Vers une garantie de la qualité des médicaments à coûts abordables

14

Les performances de 14 centrales d’achats membres de l’Association africaine des centrales d’achats de médicaments essentiels (ACAME) seront renforcées. C’est dans le cadre d’un grand projet dont le lancement officiel a eu lieu ce lundi 17 juillet 2017 à Ouagadougou.

Le projet «renforcement des performances de 14 centrales d’achats membres de l’ACAME dans l’approvisionnement des produits de santé essentiels de qualité » est financé par le gouvernement français à travers « Initiative 5% » à hauteur d’environ 633 millions de F CFA.

Il durera 36 mois et sa mise en œuvre devra permettre de renforcer les systèmes d’approvisionnement pharmaceutiques des 14 pays bénéficiaires afin de garantir la qualité des médicaments distribués aux populations à coûts abordables, dans un contexte marqué notamment par le fléau des « faux médicaments ».

Burkina Faso, Bénin, Burundi, Comores, Côte d’Ivoire, Djibouti, Guinée, Guinée-Bissau, Mali, Madagascar, Mauritanie, Niger, Sénégal et Togo sont les différents pays bénéficiaires. Selon la Représentante résidente de l’OMS au Burkina, Dr Alimata J. Diarra-Nama, l’OMS se réjouit du lancement de ce projet.

« L’OMS est disposée à vous accompagner », a-t-elle formulé tout en invitant les uns et les autres à profiter pleinement des partages d’expériences au cours des différentes sessions. Le consortium de partenaires s’est dit fier d’accueillir très favorablement le projet.

Cohérence avec les objectifs de développement durable…

« C’est là une belle opportunité pour conformer nos systèmes d’assurance qualité aux exigences internationales. C’est dire que ce projet impactera très positivement la qualité des services offerts par les centrales d’achats concernées et par ricochet la qualité des systèmes de santé en Afrique par le renforcement du lien étroit existant entre les centrales d’achats et les directions de la pharmacie et du médicament », s’est exprimé le Secrétaire général du ministère de la santé, Dr Robert Lucien Jean-Claude Kargougou, au nom du ministre.

Pour rappel, l’objectif statutaire de l’ACAME, forte de 22 pays membres et devenue un opérateur important de l’« Initiative 5% », se veut cohérent avec les objectifs de développement durable (ODD) en assurant d’ici à 2030 la couverture sanitaire universelle intégrant l’accès à des médicaments et vaccins essentiels sûrs, efficaces, de qualité et d’un coût abordable.

L’ambassadeur de France au Burkina Faso, Xavier Lapeyre de Cabanes, a fait savoir que l’« Initiative 5% » est une réponse de la France au diagnostic établi en 2009 faisant ressortir les difficultés récurrentes rencontrées par les pays francophones pour accéder aux ressources du « Fonds mondial » ou pour assurer la mise en œuvre des subventions reçues.

Noufou KINDO

Burkina 24

Burkina24.com