Route nationale N°4 : Bientôt la fin du calvaire pour les usagers

87
Route nationale N°4 : Bientôt la fin du calvaire pour les usagers

Le Premier ministre Christophe Dabiré a procédé, le 19 septembre 2020 à Fada N’Gourma, dans la région de l’Est, au lancement des travaux de construction de la route communautaire CU2A (Gounghin-Fada N’Gourma- Kantchari-Frontière du Niger), longue de 218 kilomètres. D’un coût global de près de 13 milliards de F CFA, la réhabilitation de cette route facilitera les échanges et désenclavera les zones traversées. Les travaux vont durer 30 mois.

Ce qui était une chimère pour certains et faisait l’objet de réclamations pour d’autres tend à devenir une réalité. En effet, la réhabilitation de la route Gounghin-Fada N’Gourma-Frontière du Niger a toujours été réclamée par les populations depuis de longues dates, sans obtenir gain de cause. Mais ce jour 19 septembre 2020, à Fada N’Gourma, dans la région de l’Est, la population s’est mobilisée pour être témoin du lancement officiel des travaux. Munis de banderoles, debout ou assis, les Fadalais ne voulaient pas se faire conter l’événement.

Un aperçu de la route à réhabiliter

Le premier coup de bulldozer sur cette route communautaire CU2A (Gounghin-Fada N’Gourma-Frontière du Niger), longue de 218 kilomètres, a été donné par le Premier ministre Christophe Dabiré. Le coût total de ces travaux de réhabilitation s’élève à plus de 12 milliards 990 millions de F CFA. Les travaux ont été confiés par lots à trois entreprises à savoir Sitram, Yelhy Technologie et Soroubat. « Je demande aux entreprises engagées sur ces travaux de faire preuve de diligence et d’efficacité pour qu’à bonne date, il soit mis fin au long calvaire des populations de la région », a invité le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma.

Le ministre en charge des Infrastructures, Eric Bougouma

La réhabilitation de cette route, à en croire le ministre Bougouma, vise à assurer une bonne structuration du réseau national et lui permettre de jouer son rôle dans le développement des échanges entre les provinces du pays et avec l’extérieur. « Le lancement des travaux de cette route était très attendue par les populations, car cette route, veille de plusieurs décennies, est d’un intérêt stratégique certain, et présentait un état de dégradation avancée. C’est pourquoi, le président du Faso et le gouvernement en ont fait une priorité et ont travaillé d’arrache-pied à soulager les souffrances des usagers, renforcer les échanges commerciaux et l’intégration régionale », a déclaré le chef du gouvernement, Christophe Dabiré.

Le Premier ministre Christophe Dabiré

La réalisation physique de ce projet consistera à réhabiliter les 218 kilomètres, à faire 80 kilomètres de pistes aménagées, 3,5 kilomètres de voiries aménagées à Fada N’Gourma, à Kantchari et à Gounghin. Il est aussi prévu la construction de trois postes de péages équipés et d’une station de pesage à Nagréongo.

Toutes ces réalisations seront accompagnées d’œuvres sociales comme l’accompagnement de plus de 50 associations de femmes en matériel de transformation, la réalisation de 36 forages équipés et la construction de 18 105 mètres de clôtures au profit des écoles et des centres de santé situés le long de cette route.

Présentation du schéma du projet au chef du gouvernement, Christophe Dabiré

Des populations heureuses

Le lancement des travaux de construction de cette route est une source de joie pour les populations. C’est ce qu’a tenu à relever le bourgmestre de la ville de Fada N’Gourma, Jean Claude Loiri.

Une population mobilisée pour suivre le lancement des travaux.

La réalisation de ce projet a été possible grâce à l’appui de la Banque africaine de développement (BAD), l’Union européenne, l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) et l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Issoufou Ouédraogo

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici