Revendication de la F-SYNTER : Le MESRI apporte sa version des faits

52

Le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (MERSI) a répondu aux accusations faites à son endroit par la Fédération des Syndicats Nationaux des Travailleurs de l’Education et de la Recherche (F-SYNTER). Cela s’est déroulé ce lundi 1er février 2021 à Ouagadougou.

En réponse à la récente sortie de la Fédération des Syndicats nationaux des travailleurs de l’Education  et de la Recherche (F-SYNTER), le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (MERSI) a fait connaitre sa version des faits ce lundi 1er février 2021.

Pour le Pr Mahamadou Sawadogo, Secrétaire Général du MERSI, cette revendication n’a pas de sens parce qu’elle est issue d’une acceptation démocratique et un décret a été pris de façon collégiale avec les enseignants en vue d’apporter les solutions structurelles aux crises qui secouent le secteur.  « A la signature des différents textes qui font l‘objet de revendications, la fédération a été associée à la prise de décision. Cependant dans ce processus, il faut souligner le respect du jeu démocratique qui a intégré la décision de plusieurs partenaires sociaux dont la F-SYNTER. Donc pour dire que lors de la mise en place de ces textes, ils participent. Il faut souligner qu’après divergence d’opinion c’est le jeu démocratique qui l’a emporté» a-t-il expliqué

Selon lui, cette situation n’est pas alarmante en ce sens que le ministère n’a fait qu’appeler ces Enseignants à Temps Plein (ETP) et Ingénieurs de Recherche (IR) à venir concourir avec ceux qui sont déjà positionnés avec leurs thèses et qui,  faute d’emplois dans les Universités, se retrouvent dans les ministères.  « Les partenaires sociaux ont par consensus démocratique  dit qu’ils ne veulent plus de recrutement d’ETP et de IR tout simplement parce qu’ils ont constaté que le recrutement est devenu une cooptation, c’est-à-dire du népotisme. Pendant ce temps, des personnes terminent leurs thèses et se retrouvent au ministère parce qu’on ne veut pas les employer. Donc par cette décision, nous appelons juste ces travailleurs à se soumettre à cette compétition car chaque année, nous avons un nombre important d’assistants hospitalo-universitaires et de chercheurs à recruter», a-t-il souligné

Dr Roger Nebier, Délégué Général du Centre National de Recherche Scientifique et Technologique (CNRST), a pour sa part ajouté que cette décision est issue du consensus de trois ministères qui ont décidé de régler le cas des ETP et IR du CNRST qui avaient déjà soutenu leurs thèses avant l’arrivée du décret. « Comme il y a eu plusieurs cas de plainte à propos des intégrations, le ministère a demandé  que les textes soient relus afin que les recrutements soient par concours. Cependant, pour ce groupe de 11 plus 3 personnes qui était en attente, des démarches sont entreprises pour leur intégration puisqu’ils font partie de la dernière vague qui précède l’adoption du décret, » s’est-il justifié.

Cette sortie du ministère est survenue en réponse aux revendications du F-SYNTER du samedi 30 janvier 2021, sur le statut des ETP et IR. Tout en appelant les acteurs au respect des règles du jeu démocratique, le Pr Mahamadou Sawadogo a insisté sur le fait que les décisions sont issues d’un consensus des partenaires sociaux,  y compris la F-SYNTER.

Joël THIOMBIANO et  Abdoul Gani Barry (stagiaires)

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici