Rencontre nationale Etat/Secteur privé : Un cadre d’échanges en vue d’améliorer le climat des affaires

94
Rencontre nationale Etat/Secteur privé : Un cadre d’échanges en vue d’améliorer le climat des affaires

La ville de Bobo-Dioulasso accueille les 14 et 15 octobre 2019, la 2e édition de la rencontre nationale du cadre de concertation et d’orientation pour le dialogue Etat/Secteur privé (CODESP), sous le thème « Stratégies d’intégration des entreprises burkinabè dans les chaines de valeurs nationales, régionales et internationales ». La cérémonie d’ouverture officielle des travaux a eu lieu ce lundi 14 octobre 2019, sous la présidence de Christophe Dabiré, chef du gouvernement.

L’objectif général de cette rencontre nationale est de permettre à l’Etat et au secteur privé, d’échanger de manière globale sur les questions majeures de développement. De façon spécifique, elle permettra aux différents acteurs d’échanger autour du thème central et des sous-thèmes de la rencontre, d’examiner les préoccupations qui n’auront pas eu de réponses lors des rencontres sectorielles et de formuler d’autres recommandations, de faire toutes propositions de réformes en vue d’améliorer le climat des affaires.

Ces assises ont pour thème central « Stratégies d’intégration des entreprises burkinabè dans les chaines de valeurs nationales, régionales et internationales ». Ce thème principal se décline en deux sous-thème à savoir « Alliance stratégiques comme outils d’intégration dans les chaines de valeur et « Qualité des produits burkinabè : état des lieux, défis, enjeux et perspectives ».

La visite des stands par le premier ministres Christophe Dabiré

Cette rencontre se tient deux jours. La première journée fut consacrée aux différentes présentations en plénières et en panels. Ainsi, une présentation de l’état de la mise en œuvre des recommandations issues des instances et des organes du CODESP 2018 a été faite, suivie d’une communication introductive sur le thème central du CODESP 2019 et d’une présentation des préoccupations et recommandations du secteurs privé qui n’ont pas eu de réponses lors des rencontres sectorielles 2019.

La deuxième journée sera consacrée à la cérémonie de clôture des travaux notamment la présentation du rapport de synthèse faisant ressortir l’ensemble des recommandations formulées lors des deux panels. « Il est bon qu’au cours de cette rencontre studieuse, nous puissions montrer ce que nous avons en matière de produits manufacturés de notre pays et aussi l’ensemble des dispositifs d’accompagnement qui existent pour permettre à ces produits de connaitre leur écoulement. Cette rencontre va traiter aussi de la qualité des produits, leur accessibilité, leur visibilité, leur disponibilité et en même temps comment une entreprise industrielle devient plus performante, plus compétitive », a laissé entendre le ministre Harouna Kaboré.

Lassina Diawara, président de la délégation régionale des Hauts-Bassins de la chambre de commerce

A la fin des échanges, un rapport général des travaux et une matrice des recommandations issues de ladite rencontre seront élaborés et soumis au comité de pilotage du CODESP pour examen en vue de leur validation. Ces recommandations adoptées par le comité de pilotage seront transmises aux différentes structures concernées pour mise en œuvre et feront l’objet d’un suivi par le secrétariat du CODESP et un point régulier de leur mise en œuvre sera fait au comité de pilotage lors de ses sessions.

Cette rencontre est placée sous la présidence du chef du gouvernement, Christophe Dabiré. Selon lui, cette rencontre nationale Etat/secteur privé se veut un cadre de concertation dont l’objectif est de lever, de façon concertée, les entraves à l’émergence d’un secteur privé dynamique, créateur d’emplois et de richesses. « La présente rencontre nationale nous donne l’occasion d’échanger sur les actions concrètes à initier pour la mise en œuvre des recommandations résultant de nos discussions préliminaires », a laissé entendre le premier ministre Dabiré. Avant d’ajouter : « Notre modèle de développement qui vise la transformation structurelle de l’économie nationale, place l’industrialisation au cœur des priorités du gouvernement. A cet égard, nous avons opté de faire du secteur privé, le principal acteur dans la création de valeur ajoutée et d’emplois. Aussi, devons-nous trouver les voies et moyens pour promouvoir la compétitivité de nos entreprises dans un environnement international fortement concurrentiel. L’une des meilleures stratégies pour y arriver, est d’assurer l’insertion de nos entreprises dans les chaines de valeurs ».

Le ministre en charge du commerce, Harouna Kaboré

Toutefois, il reste convaincu que la compétitivité des entreprises burkinabè, condition incontournable pour assurer leur viabilité, passent par leur insertion dans des segments spécifiques de production aux niveaux national, régional et mondial.

C’est dans cette logique que le président de la délégation régionale des Hauts-Bassins de la chambre de commerce et d’industrie du Burkina, Lassina Diawara, mesure la pertinence du thème de cette 2ème édition de la rencontre nationale du cadre de concertation et d’orientation pour le dialogue Etat/Secteur privé. « Le thème est assez significatif. Le Burkina Faso entend dans le cadre de l’économie, voir comment sur le plan régional, national et international, nous pouvons mettre en valeur nos produits », a-t-il souligné.

Selon lui, des mesures fortes ont été prises par le gouvernement pour permettre à l’industrie de se maintenir et de liquider les différents stocks notamment ceux des industries de l’huilerie, du pneumatique et de la SN SOSUCO. A l’en croire, les mesures d’accompagnement du gouvernement vise à promouvoir la création, le développement et la consolidation d’une masse critique d’industries compétitives, durables, créatrices de valeur ajoutée et d’emplois décents.

Les particiapnts de la rencontre

En rappel, dans la dynamique de faire du secteur privé le moteur de la croissance, le gouvernement a institué depuis 2001, un cadre de concertation autour des questions majeures de développement du secteur privé. Ce cadre de concertation qu’est la rencontre gouvernement/secteur privé constitue un instrument d’opérationnalisation des dispositions de la loi n°010/98/AN du 21 avril 1998 portant modalités de l’intervention de l’Etat et répartition de compétences entre l’Etat et les autres acteurs de développement.

En vue de redynamiser ce cadre de dialogue, le gouvernement a adopté un décret portant création, attributions, composition et fonctionnement du cadre de concertation et d’orientation pour le dialogue Etat/secteur privé. Ce nouveau cadre de dialogue, opérationnalisé en 2018, comprend trois instances et deux organes que sont respectivement les rencontres régionales Etat/secteur privé, les rencontres sectorielles et la rencontre nationale, le comité de pilotage et le secrétariat. « C’est ainsi, qu’il s’est tenu du 27 mai au 6 juin 2019 sous la présidence des gouverneurs, les rencontres régionales Etat/secteur privé dans les treize chefs-lieux de région qui ont permis de retenir vingt-six recommandations majeures en lien avec le thème, à raison de deux par région.

Les participants.

A la suite des rencontres régionales, il s’est tenu les 17, 23 et 24 septembre 2019, sous la présidence des chefs de départements ministériels les rencontres sectorielles qui ont permis d’examiner les recommandations majeures issues des rencontres régionales ainsi que les préoccupations spécifiques des différents secteurs d’activités. « Cette rencontre nationale Etat/secteur privé marque le point d’orgue des instances du CODESP », a indiqué le ministre en charge du Commerce, Harouna Kaboré.

Romuald Dofini

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici