Recrutement de volontaires : « Nous savons où nous allons »

81

Au lendemain de l’attaque du convoi de la société minière SEMAFO qui a fait 38 morts dans la Région de l’Est du pays, le Président du Faso a, dans une déclaration, ordonné le recrutement de volontaires « pour la défense de la patrie » dans les zones sous menaces. Des précisions sur les critères de recrutement ont été livrées le jeudi 14 novembre 2019.

Le ministre de la sécurité, Ousséni Compaoré a précisé, lors du point de presse du gouvernement certains critères pour le recrutement des volontaires dans les zones attaquées. « Il y aura des enquêtes de moralité et on ne va pas recruter à travers tout le territoire. Il y aura des critères d’âge et de résidence », a indiqué le ministre.

« C’est vrai que nous avons beaucoup d’incertitudes. Mais nous ne sommes pas désarmés. Les Burkinabè sont un peuple fort. Très fort (…) Personne ne va faire reculer les Burkinabè. Nous irons chercher ces fauteurs de trouble où ils sont. Même s’ils sont dans des trous de souris, nous irons les chercher ».

Ousséni Compaoré – Ministre de la sécurité

Mais à la suite de cette décision du chef de l’Etat, des Burkinabè ont estimé que celle-ci était un aveu d’impuissance de l’Etat face au terrorisme. Avant de donner son avis sur le sujet, Ousséni Compaoré, a pris l’exemple « de pays » « dans l’histoire » qui, en guerre, ont recruté et ont pris « des décrets pour descendre l’âge d’enrôlement ou l’augmenter », avant de tirer sa conclusion.

« Je pense au contraire que c’est une question de confiance pour pouvoir aller de l’avant. C’est une question de résilience pour pouvoir aller de l’avant », dit-il.

Sur une autre question relative à la garantie sur le bon fonctionnement de cette mesure, le ministre s’est demandé « si quelqu’un peut donner des garanties sur quelque chose qui n’est pas encore en marche ».

Lire 👉 Burkina : Le ministre de la sécurité lève un coin de voile sur les “personnes non identifiées”

Des mesures seront prises pour que le recrutement des volontaires ordonné par Roch Kaboré « fonctionne », a-t-il poursuivi. Et le ministre rassure : « l’Etat sait ce qu’il fait et où il va. Nous savons où nous allons et nous savons ce que nous faisons ». Il ajoute qu’un décret sera pris par le Président du Faso pour préciser les contours du recrutement de volontaires.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici