Réconciliation nationale : Le HCRUN invite chacun à emprunter la voie de la justice

87

Réconciliation nationale : Le HCRUN invite chacun à emprunter la voie de la justice

Pour une meilleure prise en charge des questions de réconciliation et d’unité nationale au Burkina Faso, le HCRUN a organisé un atelier, en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), du 10 au 15 septembre 2018, sous le thème : « Validation des outils d’enquête, d’investigation et de réparation ».

Il a été question, au cours de cet atelier, de dégager des procédures judiciaires et non-judiciaires ; de formuler des mécanismes administratifs, culturels et juridiques, tout en les revisitant ; de dégager des perspectives.

Réconciliation nationale : Le HCRUN invite chacun à emprunter la voie de la justiceAu sortir de ces six jours des travaux, les participants ont été outillés sur les questions de justice transitionnelle, à savoir le droit à la vérité, le droit à la justice, le droit aux réparations et la garantie de non-répétition. À en croire la vice-présidente du HCRUN, Lucienne Ariane Zoma, les participants ont renforcé leurs capacités sur l’importance de la réconciliation et de l’unité nationale dans le développement du Burkina Faso. Aussi, la rencontre s’est intéressée à la nécessité de rendre justice aux victimes et au besoin de financement du HCRUN.

Réconciliation nationale : Le HCRUN invite chacun à emprunter la voie de la justiceLes participants ont sollicité l’accompagnement technique et financier du PNUD pour la mise en place d’une base de données, ainsi que pour l’élaboration du guide des audiences, des investigations et du guide des réparations. Ils ont également souhaité la formation des conseillers aux techniques d’investigation et l’opérationnalisation du secrétariat technique chargé du suivi et de la mise en œuvre des recommandations sur les reformes.

Réconciliation nationale : Le HCRUN invite chacun à emprunter la voie de la justiceLucienne Ariane Zoma a déclaré que « les outils élaborés contribueront à opérer des analyses qui permettront d’actionner les leviers de changement positif en vue de construire une cité nouvelle, unie et réconciliée avec elle-même ». Elle a ajouté que les victimes ont le droit à la vérité, le droit à la réparation. Pour cela, chacun doit emprunter la voie de la justice transitionnelle, ce qui va faciliter le développement des mécanismes et assurer le droit à la garantie de non-réparation, pour une vie démocratique apaisée.

En rappel, la mission du HCRUN est d’apporter des réponses d’apaisement et des solutions de réparation des préjudices engendrés par les diverses atteintes aux droits humains.

Laurence Tianhoun
LeFaso.net

Lefaso.net