Réconciliation nationale: le HCRUN remet son rapport d’activités 2018 au Chef de l’Etat

79

Ce vendredi 5 avril 2019, Léandre Bassolé est allé remettre au président du Faso, Roch Kabore le rapport 2018 sur les activités du Haut conseil pour la réconciliation et l’Unité nationale (HCRUN). c’était au palais de Kosyam. 

Ce rapport présente les activités organisationnelles, institutionnelles et opérationnelles. Et selon le rapport, le chemin de la réconciliation et l’unité nationale passe par la manifestation de la vérité, la justice et les réparations, la prévention des crises et le pardon. Selon le président du HCRUN, Léandre Bassolé, ces activités sont en lien direct avec la mission de son institution. Il s’agira à entendre M. Bassolé de continuer à travailler à la sensibilisation des populations à la mission du HCRUN, de faire en sorte que la mission qui est la leur, c’est-à-dire travailler à la cohésion sociale et à la réconciliation nationale soit partagée, mieux perçue par les populations. « Et que nous puissions faire en sorte que chacun, quelque soit le niveau, l’endroit qu’il se trouve, puisse se sentir concerner par cette mission, cette réconciliation nationale. Nous comptons poursuivre ces missions et les renforcer» a t-il affirmé.

Avec le chef de l’Etat, il a été aussi question de la méthodologie utilisée et lui faire part des relations établies. « Nous avons aussi échangé sur la méthodologie qui nous permet de conduire ces activités. Nous avons aussi partagé avec le président du Faso nos relations avec des partenaires qui sont là pour nous appuyer dans notre mission. Nous avons évoqué avec le président Kaboré ce que nous avons pu établir l’année écoulée comme relation avec les medias, les organisations de la société civile, les représentants des victimes entre autres» a énuméré le président du HCRUN. 

S’agissant des recommandations pour la réconciliation nationale, il a mentionné qu’elles seront élaborées lorsque le processus sera épuisé. « Les recommandations viendront lorsque nous auront traité tous les dossiers qui nous ont été confiés et en ce moment au bout de la mission, nous comptons faire des recommandations. Il y a beaucoup de domaines dans lesquels nous devrons travailler de sorte à trouver des garde-fous pour nous assurer que les violences des droits humains qui ont progressivement détruit le tissu social ne se reproduisent plus» a précisé M. Bassolé. 

L’écriture d’une mémoire est en vue, selon M. Bassolé. « Nous pensons à l’écriture de la mémoire. Il nous faut travailler à laisser une mémoire pour que nos descendants sachent qu’à un certain moment de notre histoire, il y a eu des difficultés et que nous avons été capables de puiser au plus profond de nous même des raisons afin de dépasser ces moments douloureux et de retrouver le gout de vivre ensemble, de nous pardonner et de nous réconcilier. Et aussi de faire en sorte que nous tirions dans le même sens pour le développement de notre pays et le bien-être de nos populations » a expliqué le président du HCRUN.

En rappel, le Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) a hérité de plus de 5 000 dossiers à traiter.

 

Fasozine