Ramadan : Une rupture collective pour magnifier le vivre-ensemble

27

L’Agence nationale d’appui au développement des collectivités territoriales (ADCT), ex FPDCT, a organisé le mardi 20 avril 2021 à Ouagadougou, une rupture collective du jeûne. Ceci, en collaboration avec la Caisse nationale d’assurance maladie universelle (CNAMU). Cet acte vise à promouvoir davantage la cohésion sociale entre les agents au sein des deux services.

Le mois de ramadan, les directeurs généraux de l’ADCT et la CNAMU sont de tout cœur avec leurs agents de confession musulmane. Pour cela, ils ont organisé le mardi 20 avril 2021, une rupture collective du jeûne. Après la prière, les agents des deux services, les riverains, ainsi que des travailleurs d’autres confessions ont partagé un repas.

Les agents ont partagé un repas à l’issue de la prière

Pour le directeur de la CNAMU, Yves Kinda, c’est une occasion de fraterniser, de montrer une bonne cohabitation malgré les différences religieuses. Pour lui, la richesse interreligieuse servira de modèle aux autres services et dans le pays. Il a saisi également l’occasion pour souhaiter un très bon mois de ramadan aux musulmans.

Pour l’occasion, les directeurs généraux de l’ADCT et de la CNAMU ont joué le rôle de serveur

Pour Bruno Dipama, directeur général de l’ADCT, cet acte symbolique montre qu’au Burkina Faso, des hommes et des femmes se tolèrent.

Bruno Dipama est convaincu que « ce qui nous unit doit être permanent, plus fort que les détails qui nous séparent. » Il espère que l’acte manifesté puisse vivre dans le cœur de chaque Burkinabè pour que la tolérance soit une valeur intégrée. Selon lui, peu importe la religion et l’ethnie de chacun, l’on doit apprendre à vivre ensemble.

Bruno Dipama, directeur général de l’ADCT

La cérémonie a connu la présence d’étrangers vénus du Niger et du Cameroun. Assoumane Mourjanatou, directrice du budget au ministère des Finances du Niger a salué un fait inédit.

C’est Abdoulaye Traoré, informaticien à l’ADCT, qui a dirigé la prière de rupture du jeûne. Au nom des agents musulmans, il a tenu à remercier les deux directeurs généraux pour l’accompagnement. Il a révélé qu’au sein des services, il y a une bonne cohésion sociale au point qu’on ne sente pas qu’ils ne sont pas du même bord religieux. Il a aussi souligné que l’acté posé est noble. Il a indiqué en s’appuyant sur un hadith que celui qui apporte une nourriture à une personne qui a jeûné, il a les mêmes récompenses que le jeûneur.

Dimitri OUEDRAOGO

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici