Protection sociale : Les acteurs s’accordent sur l’alignement au registre social des interventions en soutien aux populations vulnérables

44
Protection sociale : Les acteurs s’accordent sur l’alignement au registre social des interventions en soutien aux populations vulnérables

Le Conseil national pour la protection sociale (CNPS) a tenu sa huitième session, le mardi 4 août 2020, sous le thème « Alignement de l’ensemble des intervenants en soutien aux populations vulnérables du registre social ». Cette session est l’occasion d’évaluer les progrès réalisés en matière de protection sociale dans notre pays. C’était aussi un moment de recherche de mécanismes efficaces et pérennes pour réduire de façon significative la vulnérabilité des populations face aux différents chocs exogènes.

Les travaux de cette huitième session se sont déroulés dans un contexte particulièrement difficile, marqué par d’énormes défis. « Nous sommes dans une période marquée par le Covid-19 qui vient montrer, si besoin en était encore, la nécessité de la protection sociale pour toute société humaine. Nous voyons bien qu’aujourd’hui, avec le Covid-19, nous sommes éprouvés à la fois sur le plan sanitaire, économique et financier.

Le ministre de la fonction publique invite les acteurs du domaine de la protection sociale à s’impliquer véritablement dans le processus de mise en place du registre social

Même le système éducatif est éprouvé. Cela montre bien que la protection sociale est une équation transversale. Ce qui justifie sa complexité. D’où la nécessité que le gouvernement soit avec les différents partenaires, à savoir la société civile, les Partenaires techniques et financiers (PTF), les représentants des collectivités territoriales, pour ensemble trouver les solutions aux difficultés qui se présentent à nous en ce qui concerne notre Politique nationale de protection sociale (PNPS) », a expliqué le ministre de la Fonction publique, Séni Mahamadou Ouédraogo, représentant le Premier ministre lors de la cérémonie de clôture.

L’assistance lors de la 8e session du CNPS

Ainsi, la présente session était axée sur l’alignement des interventions sur le registre social. Le ministre Séni Mahamadou Ouédraogo justifie ce choix en se fondant sur le thème de la 7e session du CNPS. En effet, la problématique était d’avoir une base de données unique qui permette aux différents intervenants d’harmoniser leurs interventions mais de les rendre plus efficaces à l’effet d’éviter des interventions multiformes et diverses. Ce défi a été gagné, en témoigne le résultat auquel les participants sont parvenus.

Ce registre a été adopté en conseil des ministres et est en cours d’exécution. Toutefois, sa mise en œuvre est ralentie par des contraintes liées à l’appropriation de ce dispositif par les acteurs. Lors de cette 8e session, les différents problèmes qui justifient cet état de fait ont été posés. Des interventions, il est revenu de façon unanime la pertinence de recourir à un registre unifié de protection sociale. Ce qui permet, selon le ministre de la Fonction publique, d’avoir un ciblage qui est partagé par tous les acteurs et des interventions plus concertées et plus efficaces.

Les échanges ont été fructueux

Le défi de l’heure, c’est d’étendre le processus de ciblage des ménages vulnérables à toutes les communes du pays pour faciliter ainsi les interventions sur toute l’étendue du territoire. A ce sujet, des instructions ont été données par les membres du CNPS. « On a convenu que dans les 108 communes où des services socio-communaux existent, que les différents acteurs puissent recouvrir au registre unique.

Pour les autres communes, instruction a été donnée aussi au SP/CNPS de faire en sorte que ces communes restantes soient couvertes dans les meilleurs délais et que le gouvernement joue aussi sa partition en termes de recrutement de personnel pour la viabilité de ces structures », a indiqué le ministre Ouédraogo. Les PTF tels que l’UNICEF, la FAO, le PAM, la Banque mondiale ont, pour leur part, pris des engagements pour utiliser le registre unifié afin de contribuer aux côtés du gouvernement à réduire les souffrances des populations vulnérables de nos villes et campagnes. Cette 8e session annonce de bonnes perspectives pour l’efficacité de la Politique nationale de protection sociale (PNPS).

Investir dans le socle de la protection sociale équivaut à investir dans la justice sociale, selon James Mugaju

S’exprimant au nom de l’UNICEF, James Mugaju a félicité le gouvernement burkinabè pour l’encrage institutionnel de la PNPS et particulièrement la construction du registre unifié des groupes vulnérables. Dans son discours d’ouverture, le président du CNPS, Christophe Dabiré, a abordé les avantages de cet alignement recherché dont la construction a été confiée au secrétariat permanent du CNPS.

Selon lui, il offre l’opportunité à tous les acteurs de terrain, d’utiliser et de partager un même système de gestion des informations sur les populations cibles sur le plan national. En outre, il permet de réduire les coûts des opérations de ciblage et de rationaliser ainsi les différentes interventions auprès des personnes vulnérables sur toute l’étendue du territoire. Il donne enfin l’occasion aux communes et aux acteurs de terrain, de jouer pleinement leur rôle de protection des citoyens à la base.

Aïssata Laure G. Sidibé

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici