Propriété intellectuelle : La pierre du Réseau national CATI

172

Acteurs du ministère du commerce, étudiants, chercheurs dans différents domaines se sont retrouvés ce lundi 14 mai 2018 à Ouagadougou pour un séminaire de trois jours sur le développement technologique du réseau national CATI suivi de la formation des formateurs.

Pour la promotion de l’utilisation de l’information scientifique et technologique dans les bases de données au Burkina Faso, un séminaire a été organisé par le Japan Funds-in Trust pour l’Afrique à l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI).

Le secrétaire général du ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat Sibiri Sanou, représentant le ministre dudit ministère Harouna Kaboré, a présidé la cérémonie d’ouverture du séminaire. Selon lui,  certains objectifs du PNDES (Plan national de développement économique et social) ne seront atteints sans un accès à l’information scientifique et technique, et une véritable promotion de l’invention et de l’innovation, gage de progrès économique et social et un renforcement des capacités technologiques et scientifiques. Il a salué la pertinence et l’intérêt de ce séminaire.

Aux dires du représentant du ministre, « la propriété intellectuelle est vaste, complexe et implique la coopération entre les acteurs de divers domaines. C’est au regard de cette exigence que le séminaire met l’accent sur le développement technologique du réseau national CATI et la formation de potentiels animateurs de CATI ». Ainsi exhorte-t-il les participants à ce séminaire à explorer des possibilités de partenariat entre les différentes institutions qu’ils représentent, afin de favoriser une meilleure diffusion de l’information scientifique et technique.

Des défis de l’Afrique de l’Ouest

L’ambassadeur du Japon au Burkina,  Tamotsu Ikezaki a relevé les défis que l’Afrique de l’Ouest doit relever. Ces défis sont selon lui, « la circulation de produits de contrefaçon, de produits frauduleux qui manquent de se conformer aux standards industriels appliqués sur les divers produits industriels, y compris les engins à deux roues et les appareils électroménagers ». « Cela est le principal facteur qui empêche les entreprises de faire des investissements et qui freine  le développement économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest », ajoute-t-il.

Propriété intellectuelle : La pierre du Réseau national CATI
La protection appropriée de la propriété industrielle telle que les brevets et les marques déposées en Afrique de l’Ouest entraînera l’amélioration de l’environnement pour les entreprises dans les pays étrangers, à commencer par le Japon, à développer leurs activités en Afrique de l’Ouest

Tamotsu Ikezaki, a également salué ce séminaire qui selon lui fera la promotion de l’utilisation de l’information scientifique et technologique dans les bases de données au Burkina Faso et contribuerait à la protection et l’utilisation de la propriété intellectuelle au Burkina. « La protection appropriée de la propriété industrielle telle que les brevets et les marques déposées en Afrique de l’Ouest entraînera l’amélioration de l’environnement pour les entreprises dans les pays étrangers, à commencer par le Japon, à développer leurs activités en Afrique de l’Ouest », a-t-il argué.

La directrice générale du centre national de la propriété industrielle, Micheline Ky a expliqué ce que c’est que le CATI. « C’est le Centre d’Appui de Technologie et d’Innovation, dit-elle. C’est une bibliothèque qui regroupe plus de 90 millions de données d’informations technologiques sur les brevets et dans les différents domaines de l’innovation et de l’information. Ce ne sont pas des informations technologiques d’il y à 10, 15 ans, mais c’est des informations qui donnent l’état de la technologie. Ce sont des technologies de pointe. Tout ce qui est disponible en matière de technologies dans le monde est disponible sur cette base. Et c’est offert gratuitement aux pays les moins avancés dont le Burkina Faso (…) ».

L’innovation pour le renforcement des compétences des participants, et l’offre de nouveaux services tels la technologie avancée précédée et les recherches de brevetabilité sont également des objectifs qui seront développés à ce séminaire.

Irmine KINDA

Burkina24

Burkina24.com