Projet Weoog-Paani : Le comité technique de suivi passe en revue les deux premières années de mise en œuvre

60

Les membres du comité technique de suivi du projet Weoog-Paani étaient réunis ce vendredi 16 avril 2021 à Manga dans la cité de l’épervier. Leur rencontre a servi de cadre non seulement à l’appréciation du rapport 2019, mais aussi à la présentation et à l’examen du rapport d’activités 2020 et du plan d’action 2021. Des recommandations ont également été formulées par les participants pour une mise en œuvre plus efficace sur le terrain.

Dans le cadre du processus de décentralisation, il est question de transférer aux collectivités territoriales la gestion des ressources forestières. C’est ainsi que le projet Weoog-Paani accompagne les acteurs engagés dans ce processus. Et parce que la question de la gestion des ressources forestières est délicate et sensible, il convient, selon le colonel-major des eaux et forêts, Lamoussa Hebié, directeur général des eaux et forêts et président du comité technique de suivi du projet, de prendre les dispositions nécessaires pour accompagner les collectivités.

Lamoussa Hebié, directeur général des eaux et forêts et président du comité technique de suivi du projet

Saluant les efforts déployés par l’équipe de mise en œuvre du projet, le président du comité technique de suivi a affirmé trouver en cette première session, une occasion d’apprécier les efforts qui sont déployés par le projet, et de tirer les enseignements qui peuvent servir dans le cadre de la gestion des ressources forestières au niveau national. « Déjà, nous pouvons retenir que le projet est un modèle, car l’ensemble des acteurs ont pris en compte la gestion des ressources naturelles et des investissements ont pu être faits sur le terrain au profit des collectivités territoriales », a-t-il ajouté.

Georges Bazongo, directeur des opérations de l’ONG Tree Aid

A en croire Georges Bazongo, directeur des opérations de l’ONG Tree Aid, qui est le chef de file des partenaires de mise en œuvre du projet, en deux années d’execution, Weoog-Paani a permis entre autres la réalisation de 145 réservoirs de collecte d’eau de ruissellement, plus d’un million d’arbres plantés et 45 forêts de plus de 55 000 ha délimitées et aménagées.

Gitan Bjorkdahl, conseiller environnement et agriculture de l’ambassade de Suède

Weoog-Paani est financé par la Coopération suédoise au Burkina Faso à hauteur de 9 384 449 000 FCFA. Et pour le Conseiller environnement et agriculture de l’ambassade de Suède, Gitan Bjorkdahl, cet appui financier se justifie par le fait que les forêts jouent un rôle important pour les populations qui en tirent leurs revenus mais aussi dans la biodiversité et l’adaptation face aux changements climatiques. Et vu la pauvreté des populations qui vivent à côté de ces forêts, il était important selon lui de « renforcer les incitations économiques de ces populations pour qu’elles puissent protéger les forêts pour l’avenir ».

Les participants à la première session du comité technique de suivi

Lancé en juin 2019 et devant s’étendre jusqu’en mai 2024, le projet Weoog-Paani se veut un modèle de gouvernance locale des ressources forestières au Burkina Faso. Il vise à améliorer durablement les conditions de vie des populations rurales des zones d’intervention du projet, à travers la promotion de la gouvernance locale des ressources forestières, les investissements dans les forêts et la valorisation des produits forestiers non ligneux. Le projet est mis en œuvre dans 25 communes de quatre régions que sont le Nord, le Centre-Sud, le Centre-Est et l’Est. Avant la présente phase de mise en échelle, huit communes pilotes ont d’abord bénéficié du projet.

Armelle Ouedraogo

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici