Projet « Semer la graine de la paix » : L’association IQRA renforce les capacités de responsables d’associations féminines

26

L’association IQRA organise, du 24 au 26 février 2021 à Ouagadougou, un atelier de renforcement de capacités en vie associative et mobilisation de fonds, au profit de 20 responsables d’associations féminines. Trois jours durant, ces femmes issues de quatre associations seront outillées pour mieux organiser, gérer et dynamiser leurs structures. Cette formation intervient dans le cadre du projet « Semer la graine de la paix » mis en œuvre dans trois zones frontalières à forts défis sécuritaires que sont Djibo, Djibasso et Titao.

Les responsables d’associations de femmes manquent très souvent de compétences en ce qui concerne la gestion et la mobilisation des ressources nécessaires à la mise en œuvre de leurs activités. C’est pour pallier ces insuffisances que l’association IQRA a initié la présente session de formation au profit des premières responsables des associations féminines.

« Durant ces trois jours de formation, nous allons renforcer leurs capacités, voir où se trouvent les faiblesses dans le système de dispositif qu’elles ont actuellement. Pour ce qui concerne la gouvernance des associations, nous verrons quels sont les détails qui sont utiles à prendre en compte, comment gérer les ressources humaines et financières, et aussi comment faire pour lever des fonds et avoir plus de partenaires et de personnes qui les accompagnent. Nous allons voir le dernier jour les mécanismes existants ainsi que les fonds disponibles, les formules qu’elles peuvent exploiter pour avoir plus de partenaires et plus de ressources qu’elles pourront utiliser pour avoir plus d’impact dans leurs communautés », a expliqué Philippe Diendéré de l’équipe des formateurs. Au vu de la diversité des langues parlées par les participantes, la formation sera délivrée en mooré et dioula, pour faciliter la compréhension.


Passer par l’éducation pour semer la paix

Cette session qui se tient dans le cadre du projet « Semer la graine de la paix », est la suite d’une série de formations initiées à l’endroit des membres des associations des zones ciblées par le projet. Selon Awa Bissiri, coordonnatrice de l’association IQRA, semer la graine de la paix passe par l’éducation. « Parce que les femmes sont le levier de l’éducation des enfants, nous avons une approche propre à notre structure qui s’appelle ‘‘approche parentale pour l’éducation et le développement’’.

Cette approche est basée sur trois piliers que sont le développement personnel, l’alphabétisation et la formation, ainsi que comment vivre en paix dans sa communauté. C’est ainsi que plusieurs formations en lien avec ces thématiques ont été initiées comme la formation en santé communautaire, leadership, paix et non-violence, et les jeux éducatifs pour promouvoir la paix », a détaillé la coordonnatrice.

Le projet est financé par l’ambassade des Etats-Unis au Burkina Faso, à hauteur de plus de 100 millions de F CFA.


Pour le directeur des affaires publiques de l’ambassade américaine, Tod Boulock, ce projet est un exemple de collaboration entre son pays et le Burkina Faso. Il précise qu’à travers les partenariats tissés avec des structures comme IQRA, les Etats-Unis veulent apporter leur accompagnement au pays des hommes intègres, dans la recherche de solutions face aux défis posés par l’insécurité.

De nombreux acquis déjà engrangés par le projet

Pour les membres des associations bénéficiaires des différentes sessions de formation, le projet « Semer la graine de la paix » a apporté des changements indéniables dans leurs communautés. Les formations entrant dans le cadre du vivre-ensemble ont amélioré leurs relations avec les déplacés internes avec qui ils avaient souvent des couacs. Ainsi, une des participantes venue de Djibo a affirmé que grâce aux jeux éducatifs pour promouvoir la paix qui leur ont été appris et qu’elles ont à leur tour appris à leurs enfants, l’harmonie règne désormais entre leurs progénitures et les enfants des déplacés internes.


Les jeux permettent aux enfants de se frotter et de mettre de côté leurs différends. Et même les femmes qui avaient des altercations au niveau des points d’eau, ont pu aplanir leurs différends. Une autre participante affirme que les formations en activités génératrices de revenus dont elles ont bénéficié, leur permettent d’avoir des sources de revenus et d’améliorer les conditions de vie de leurs familles.

Le projet « Semer la graine de la paix » s’étale jusqu’en fin 2021.

Armelle Ouédraogo

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici