Plateau central : Les élus locaux outillés sur leur rôle et en stratégies de redevabilité

111

En vue de permettre aux élus locaux de la région du Plateau central d’être de véritables acteurs de développement et de jouer pleinement leur rôle, une session de formation a été organisée à leur endroit par le Consortium Association des amis des élus du Plateau central (AAEPC)/Appui aux initiatives de développement dans l’équité au Burkina Faso (AIDE-Burkina) avec l’appui financier de l’Union européenne. Les conseillers municipaux des communes de la province de l’Oubritenga ont pris part à cette formation, le jeudi 22 avril 2021, dans la salle des fêtes de la mairie de Loumbila.

Pour une meilleure implication des jeunes et des femmes dans le contrôle citoyen et le suivi des politiques publiques, le Consortium Association des amis des élus du Plateau central (AAEPC)/Appui aux initiatives de développement dans l’équité au Burkina Faso (AIDE-Burkina) a entamé depuis septembre 2020, la mise en œuvre du « Projet d’appui aux jeunes et aux femmes pour améliorer leur participation et leur intégration dans les mouvements de contrôle citoyen et dans le suivi des politiques publiques » dans la région du Plateau central avec l’appui financier de l’Union européenne.

Selon Jean-Patrice D. Toé, coordonnateur régional du consortium et chargé de la mise en œuvre dudit projet, ce projet d’un coût global de près de deux cent millions (200 000 000) FCFA, est né avec l’objectif de contribuer au développement de cette région du Burkina à travers le renforcement des compétences de l’ensemble des acteurs dont les élus locaux.

Jean-Patrice D. Toé, coordonnateur régional du Consortium et chargé de la mise en œuvre du projet.

En effet, étant à la tête des collectivités territoriales, ils ont en charge la mise en œuvre du développement local avec l’accompagnement de l’Etat et l’implication des acteurs locaux. Cependant tous ne maîtrisent pas leur rôle et leurs devoirs dans ce processus. D’où la nécessité d’un renforcement de capacités de ces derniers sur leur rôle et des bonnes stratégies de recevabilité.

C’est dans cette dynamique que le Consortium a initié une formation au profit des conseillers municipaux des trois provinces du Plateau central sur leur rôle et en stratégies de recevabilité, gage d’une bonne gouvernance et d’un développement local inclusif et solidaire.

A en croire le coordonnateur régional, il s’agit à travers ces séances de formation, de permettre entre autres à ces élus locaux, de mieux connaître leur rôle en tant qu’élu(e) ; de mieux comprendre la notion de recevabilité ; de se familiariser avec les meilleures stratégies de recevabilité, et de comprendre la portée de la responsabilité du conseiller municipal dans la gestion communale.

Ablassé Kaboré de l’AAEPC

Ces séances de formation concernent l’ensemble des vingt (20) communes du Plateau central. Après la province du Kourwéogo, c’était au tour de la province d’Oubritenga d’accueillir cette formation au profit des 63 conseillers municipaux, dont 35 hommes et 28 femmes, des sept communes que compte la province, à savoir Zitenga, Dapélogo, Nagréongo, Ourgou-Manéga, Abouya, Ziniaré et Loumbila. Cette séance de formation est aussi une opportunité pour ces élus locaux de faire des partages d’expériences pour améliorer leur méthode de travail et servir les différentes communautés de la région. Pour l’occasion plusieurs interventions et échanges ont eu lieu sur le thème.

Une interface

« L’élu local doit être une interface entre lui et sa communauté envers le Conseil municipal. Il a pour obligation de porter toutes les questions de développement de son village ou de sa localité au Conseil municipal, ainsi que de rendre compte à la communauté de ce qu’il fait au Conseil municipal. Sous l’angle collectif, il doit participer aux sessions du Conseil municipal et à toutes les réunions et rencontres qui rentrent dans le cadre du développement de sa commune », a laissé entendre Ablassé Kaboré de l’AAEPC.

Les séances de travaux de groupes

Quant au thème sur les stratégies de redevabilité, il a pour but, selon lui, d’aboutir à l’élaboration d’un plan communal de communication. Ainsi chaque groupe de conseillers par commune pourra avoir son propre plan de communication, ce qui permettra de faire connaître son rôle et les actions de redevabilité qu’il doit mettre en œuvre pour l’instauration d’une confiance entre les communautés et les conseillers municipaux.

Une fois outillés, ces élus locaux vont être associés aux différentes démarches des activités à travers les femmes et les jeunes qui sont volontairement inscrits au sein de leur commune pour conduire ensemble le présent projet prévu pour durer deux ans soit de septembre 2020 à août 2022.

Judith SANOU

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici