Patronat burkinabè : L’appel d’Appolinaire Compaoré

23

Apollinaire Compaoré est candidat à  la présidence du patronat burkinabè. Ce vendredi 12 octobre 2018, il a présenté son plan d’action. A ce poste, il envisage « contribuer à l’édification d’un secteur privé dynamique, porteur de développement économique et social inclusif de tous les travailleurs et employeurs burkinabè ».

Propriétaire de plusieurs entreprises, lauréat du prix Business leadership award au Rebranding africa forum 2018, du grand prix du meilleur promoteur de l’investissement privé en Afrique, du prix du développement de l’Afrique et des Caraïbes décerné par la Chambre Africaine de commerce de Paris, Apollinaire Compaoré est candidat à la présidence du Conseil national du patronat burkinabè (CNPB).

Ce vendredi 12 octobre 2018, il était face à la presse pour presenter son plan d’action. Celui-ci vise, entre autres, à «prendre en charge les importants points de faiblesse de l’institution pour jeter les bases d’une redynamisation du CNPB, lui donner sa place dans le développement économique et social du secteur privé du Burkina Faso ».

Comme insuffisance, il a mentionné la méconnaissance de certaines lois par les membres, les objectifs globaux et spécifiques ne prenant pas en compte le rôle du CNPB dans la gestion des questions d’emplois, de la formation et de l’insertion professionnelle, le non- respect de la périodicité de la tenue des AG et la méconnaissance du rôle et des missions du patronat.

                                                                                            L’unique candidat

Il se présente du reste comme seul candidat à la présidence du patronat burkinabè. Apollinaire Compaoré dit avoir eu un consensus avec Elie Ouédraogo, au départ aussi candidat. « Les gens sont unanimes que j’ai une petite expérience, c’est pourquoi on a fait le consensus », dit-il. 

Il ajoute que l’organisation de cette campagne, étant seul candidat, est une manière de montrer  le visage du patronat nouvelle version. «C’est pourquoi on ne voulait pas rentrer clandestinement», détaille-t-il.

A la question de savoir si le poste du patronat est une manière pour le candidat d’évacuer l’échec de la Chambre du commerce,  Apollinaire Compaoré répond par la négative. «A la chambre de commerce, je n’ai pas pu. J’ai eu une occasion ici. J’ai beaucoup d’expérience. C’est pourquoi je ne préfère pas partir sans donner ces expériences à nos enfants et à nos jeunes entrepreneurs. Je vous assure que j’ai toujours de l’énergie pour m’occuper du patronat. A tous les opérateurs économiques du Burkina Faso, j’aimerais que nous soyons ensemble pour pouvoir améliorer les affaires des Burkinabè », a-t-il ajouté.

Pour rappel, le CNPB est une organisation des employeurs du Burkina, créée en 1974 dans un élan de solidarité nationale des opérateurs économiques pour soutenir financièrement le gouvernement. En 1976, il devient le conseil national des entreprises voltaïques (CNEV) qui adhère à l’organisation internationale des employeurs (OIE). En 1990, il se rebaptise Conseil national du patronat burkinabè(CNPB)  et participe chaque année à la conférence internationale du travail qui adopte les normes internationales du travail.

Saly OUATTARA
Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Burkina24.com