Paix et cohésion sociale : Les propositions du MPCRN de Safiatou Lopez

29


« Reconstruire la paix et la stabilité par l’exemple (ou l’action), contexte justificatif », c’est sous ce titre que le Mouvement pour le Plaidoyer du Retour de la Paix et la Cohésion sociale du Burkina Faso (MPCRN) de Safiatou Lopez a produit son rapport à l’issue des tournées qu’il a enclenché auprès de diverses personnalités morales, religieuses, coutumières et politiques dans les quatre coins du Burkina Faso. Dans le document, le mouvement  propose des pistes pour que le Burkina retrouve sa paix d’antan en passant par la réussite du dialogue politique et de la réconciliation nationale.

A l’issue de ses multiples concertations avec les différentes institutions et personnalités du Burkina, le MPCRN retient que « l’idée de la nécessité de désarmer les rapports sociaux et politiques n’est plus une bataille à gagner » tant « presque tous perçoivent cette nécessité et sont plutôt prêts à s’y engager ». Mais, ce qui manque jusque-là, c’est « une proposition de démarche cohérente qui serve de base aux discussions sur le comment recouvrer la paix ».

Pour ce faire, le MPCRN pense qu’il faut une stratégie pour le dialogue national. A cet effet, Safiatou Lopez et ses camarades estiment qu’il faut « une approche neutre et instrumentale » en partant du postulat que « les burkinabè sont divisés et certaines positions semblent irréconciliables ». Il s’agit là d’inviter tous les Burkinabè à taire leurs revendications particularistes afin de donner une chance au dialogue national. Une fois le dialogue national inclusif convié, le mouvement de Safiatou Lopez propose de passer à la négociation d’un agenda qui permettra d’éclore « les principales problématiques qui structurent la crise actuelle » pour ensuite adopter « une méthodologie du dialogue pour traiter chacun des sujets qui auront été retenus et d’aboutir à des accords ».

Ensuite, le MPCRN prêche « la paix par l’exemple » en se fondant sur « la base de la prise de conscience collective des risques actuels, de parvenir à la réunion de personnalités dont la rencontre ou la coopération étaient improbables ». Ici, à l’image de la poignée de main entre Nelson Mandela et Frédéric de Klerk en Afrique du Sud pour sceller la fin de l’apartheid, le mouvement de Safiatou Lopez pense que les politiques doivent montrer l’exemple en taisant leurs divergences sur certains sujets, comme Zéphirin Diabré et Simon Compaoré l’ont fait pendant le dialogue politique de 2020 alors que le premier avait une plainte en justice contre le second.

Aussi, en plus du plaidoyer que le mouvement a mené auprès de personnalités politiques, morales, coutumières et religieuses qui ont reconnu le besoin de ramener un climat pacifié au Burkina, le MPCRN propose la mise en place d’une parénèse qui va constituer un référentiel pour le retour de la paix. Concrètement, Safiatou Lopez et ses camarades pensent que les éléments comme « changement mental; la purification des passions; la considération de la diversité humaine; la juste compréhension de la politique; et la cohésion…» doivent être les ingrédients de base.

Il faut noter que ces propositions sont le fruit d’une synthèse des consultations que le MPCRN a eu avec des institutions, des personnalités morales, politiques, coutumières et religieuses, mais aussi des groupes de citoyens dont les étudiants, des acteurs de la société civile, et ce, à travers les quatre coins du Burkina Faso.

Minute.bf

Source : Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici