Ouagadougou : Une manifestation d’élèves contraint au report d’une audience du ministre Ouaro avec le président du CES

11

Alors que le ministre de l’Education nationale, Pr Stanislas Ouaro, devrait être reçu en audience, ce lundi 3 mai 2021, par le président du Conseil économique et social, en prélude aux assises nationales sur l’éducation, des élèves sont descendus dans les rues pour exprimer leur hostilité à la décision du gouvernement de confier l’organisation de l’examen du baccalauréat au département en charge de l’Education nationale. Cette situation a abouti au report de l’audience.

L’ambiance était fébrile dans la matinée de ce lundi 3 mai 2021 sur l’avenue de l’indépendance à Ouagadougou. De nombreux élèves du Lycée Philip Zinda Kaboré et environs ont encore abandonné cahiers, stylos et tables-bancs pour manifester leur mécontentement dans les rues. Les élèves grévistes ont tenté de marcher en direction du ministère en charge de l’Education nationale (le Conseil économique et social est situé à quelques mètres). Lorsque nous arrivions sur les lieux vers les 11 heures, c’était le sauve qui peut.

En effet, pour rétablir l’ordre et la circulation publique perturbée par cette manifestation, les forces de l’ordre et de sécurité ont dû intervenir en procédant à des jets de gaz lacrymogènes pour disperser la foule. Mais c’est sans compter avec l’engagement de certains élèves qui ont répliqué avec des jets de pierres.

Ce n’est pas la première fois que des élèves observent des manifestations de ce genre et pour le même motif. Le jeudi 29 avril 2021, il y a eu des affrontements entre les élèves et les policiers à Ouagadougou, à quelques encablures du ministère en charge de l’Education nationale. Un mouvement d’humeur intervenu à quelques heures d’une audience entre le ministre Stanislas Ouaro et les parents d’élèves relative aux assises nationales sur l’éducation. Le même jour, une élève de la classe de 6e à Kongoussi a même perdu la vie au cours d’une manifestation d’élèves pour les mêmes motifs.

Le 1er février 2021, c’était des élèves en classe de terminale du lycée Marien N’Gouabi à Ouagadougou qui ont exprimé leur ras-le-bol devant leur administration. De tels mouvements d’humeur ont sans doute un impact sur l’exécution des programmes scolaires déjà handicapé par le Covid-19 et par conséquent sur la qualité des enseignements.

Aïssata Laure G. Sidibé

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici