Opérations de rapatriement : Plus de 11 600 Burkinabè ont pu rentrer au bercail

51


Le Ministre en charge des affaires étrangères et de la Coopération (MAE), Alpha Barry était face à la presse ce lundi 3 août 2020 pour présenter la situation des opérations de rapatriement des Burkinabè qui étaient bloqués à l’étranger pour cause de fermeture des frontières que la pandémie du Covid-19 a imposé à tous les Etats.

La propagation du Covid-19 dans le monde entier avait contraint tous les Etats à prendre des mesures drastiques allant jusqu’à la fermeture, presque brusque, des frontières. Cette fermeture des frontières n’a pas été sans conséquence. Plusieurs Burkinabè sont restés à l’extérieur et manifestaient le désire de regagner la patrie. Le ministère des affaires étrangères et de la coopération a donc décidé de jouer son rôle d’interface avec le reste du monde « confiné », en jouant un rôle clé dans le mouvement exceptionnel des personnes et des biens. Il va donc coordonner avec les ministères en charge de la sécurité et des transports, pour l’obtention des autorisations de survol et d’atterrissage des vols pour des cas d’urgence.

Ainsi, en plus des questions d’atterrissage et de survol qu’il coordonne avec l’Agence nationale de l’Aviation civile (ANAC), le ministère va devoir gérer celles relatives aux mouvements des personnes et des biens, aussi bien aux frontières qu’à l’intérieure et entre les villes sous quarantaine, en collaboration avec le Ministère de la santé. Il s’agit essentiellement des interventions pour des autorisations de sortie et d’entrée, pour des laissez-passer, au profit des Burkinabè bloqués à l’étranger mais aussi pour permettre à des étrangers de traverser les villes ou de quitter le Burkina Faso.

Alpha Barry, Ministre des affaires étrangères et de la coopération

De la date de la fermeture des frontières au jeudi 30 juillet 2020, ce sont au total 843 autorisations de sortie et d’entrée qui ont été accordées au profit de 11 647 personnes. Parmi ces 11 647 personnes, note le ministre Barry, beaucoup avaient vu leur visa s’expirer et se retrouvaient ainsi en situation irrégulière. Le MAE a donc écrit aux différents pays pour obtenir une prolongation des visas des Burkinabè bloqués chez eux pour cause de fermeture des frontières.

Le Ministère a aussi pu, en bonne collaboration avec l’ANAC, organiser 39 opérations de rapatriement dans 16 pays différents. Ces 39 opérations ont permis de faire rentrer au pays 2 431 Burkinabè, à la date du 30 juillet 2020. En plus de ces 2 431 Burkinabè, le ministère a aussi œuvré pour permettre à des citoyens d’autres pays de transiter par le Burkina Faso. « Pendant ce temps il y avait ici au Burkina Faso, des citoyens d’autres nationalités qui cherchaient à rentrer chez eux, mais aussi des Burkinabè qui voulaient regagner leurs pays de résidence. Toutes ces personnes ont eu recours au Ministère des Affaires étrangères et de la coopération pour se voir établir des laissez-passer », a confié Alpha Barry.

Au total 1 716 personnes composées essentiellement d’Africains, d’Européens et de Chinois ont bénéficié des services du département en charge des affaires étrangères pour sortir du Burkina Faso. Aussi, à la date du 30 juillet, 187 autorisations de survol du territoire et, 142 autorisations de survol et d’atterrissage ont été délivrées. C’est donc au total 329 autorisations de survol et d’atterrissage qui ont été délivrées par l’ANAC dans la période du 21 mars au 30 juillet 2020. Ces autorisations concernent aussi bien les vols civils que ceux militaires. A ces 329 autorisations délivrées par l’ANAC, le ministère des affaires étrangères a aussi négocié et acquis 17 autorisations de survol et d’atterrissage.

Aussi, faut-il ajouter que le ministre Barry a, à la demande du ministère du commerce, saisi ses homologues marocain, éthiopien et qataris, en vue de bénéficier des services de leurs compagnies nationales pour lever le défi relatif à la campagne des mangues qui couvre la période d’avril à juin de chaque année. La compagnie Ethiopian Airlines a accepté assurer la liaison Burkina Faso-Francfort en Allemagne, avec un total de près de 204 tonnes de mangues au prix d’un dollar américain par kilogramme.

Armand Kinda
Minute.bf

Source : Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici