Musique : Maria Bissongo chante « Mousso », un hymne à la femme

22

Maria Bissongo, à l’état civil, Bénéwendé Mariétou Armelle Ouédraogo, a mis sur le marché discographique un nouveau single. Baptisé « Mousso », le dernier né de la fille de « l’empereur Bissongo » a été lancé le mercredi 17 février 2021. Il est chanté dans un style reggae et a été enregistré en live. « Mousso » est un véritable hymne à « l’autre moitié du ciel ».

« Mousso », femme dans la langue dioula, est le titre du nouveau bébé de Maria Bissongo, à l’état civil Bénéwendé Mariétou Armelle Ouédraogo. Par ce titre, enregistré en live et chanté en langue locales dioula et mooré, l’artiste rend non seulement hommage à « l’autre moitié du ciel » mais aussi elle les invitent à être dignes et valeureuses. « C’est la femme qui a crée le monde. C’est la mère de l’humanité et tout le monde lui doit du respect » peut-on écouter dans le titre. C’est un hymne à toutes les amazones du Burkina en particulier et à toutes les mères du monde.

« Mousso », une hymne à la femme

La fille de « l’empereur Bissongo » a fêté ses 10 ans de carrière artistique en 2020. On pourrait affirmer sans risque de se tromper que la relève est assurée. Elle est rentrée dans le paysage musical à point nommé puisque son père, pour des raisons certainement d’âge, est de moins en moins actif sur les scènes musicales. D’une voix captivante, elle a sorti successivement deux albums et 3 singles dont « Mousso » de 2010 à 2021. « Boudou », sorti en 2010, est le tout premier album de l’artiste. Il est composé de 10 titres. « Sibdou », un titre de l’album, a été clipé en 2014. Ensuite viennent « Hommage à la femme » en 2017, « Polougou » (single) en 2020 et le tout dernier « Mousso ».

Dès le premier essai, elle a séduit le cœur des mélomanes burkinabè et même au-delà des frontières. Dans ses créations, ses messages sont clairs. Elle invite ses frères et sœurs à ne point envier le bien ou le bonheur d’autrui. Le plus important pour elle, c’est que chacun puisse mener à bien la mission sur cette terre. Maria Bissongo juge satisfaisant le bilan de sa carrière. A son entendement, c’est le rêve de tous les artistes, de sortir un album et d’être tout de suite accepté par les mélomanes.


La meilleure artiste burkinabè au Kundé 2015 a été invitée sur plusieurs scènes nationales comme internationales. A l’international, on a toujours en mémoire sa prestation XXL au Festival de musique d’Anoumanbo (FEMUA) en 2019. Elle a également jouer à l’Opéra de Nice sous le regard du président français d’alors, François Hollande. Au Burkina, les scènes du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), et du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO) lui sont très familières.
Obissa Juste MIEN

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici