Musique : Eunice Goula se laisse écouter

24

Eunice Goula. La nouvelle voix de la musique burkinabè. Une voix forte, dense mais surtout sensuelle. C’est la révélation de l’écurie de la maison «  Merveilles Production » présentée  ce jeudi 14 septembre 2017 à la presse et au public.

Eunice Goula. Les férues de la musique burkinabè ou de l’émission  Faso Academy  se rappelleront. En effet, elle a par des sorties furtives, marqué le public, notamment au concours de chant « Faso Academy » 2013 où elle se classe deuxième à la finale nationale et au « Kundé » 2016 par l’interprétation de son titre « Féryinta ». Récemment quelques-uns de ses titres passent en boucle sur les bandes FM sans  qu’elle ne soit véritablement dévoilée au public.

C’est d’ailleurs lors de ce concours qu’elle a été remarquée par Ismaila Papus Zongo de « Merveilles Productions », et depuis lors, il décide de la prendre sous son aile.

« On m’avait invitée à Faso Academy et j’ai voulu essayer quelque chose avec les 5 finalistes.  Eunice, je l’avais remarquée déjà à la demi-finale.  Ce qui m’intéressais, c’était la capacité de chaque finaliste à progresser dans le temps( …). Quand je regardais Eunice dans sa prestation, je voyais qu’il y avait une sensibilité au niveau de sa musique , de l’émotion, une sincérité et j’ai fait mon choix et je suis resté sur mon choix », confie le producteur. 

Eunice ne s’est donc pas trompée quand elle avait décidé de participer à la compétition avec l’espoir de tracer les sillons d’une carrière musicale.

Son rêve se réalise et elle met aujourd’hui sur le marché du disque un double album signé « I tourka », « écouter » en langue Bissa.

« Participer à Faso Academy en 2013, a été le début d’une histoire. Cela a été pour moi une école de formation», dit-elle.

Bercée par les chants de sa grand-mère chansonnière et forgée par la chorale qu’elle intègre dès l’âge de 5 ans, Merveilles Productions va l’aider à parfaire, à structurer ses chansons et orienter sa direction artistique en suivant des cours à l’INAFAC.

Après quatre ans de dur labeur, elle invite à écouter ce concentré de mélodies mais rempli de sagesse car l’artiste appelle à aussi écouter les aînés. 20 titres aux couleurs de jazz, blues, world, pop, variété et du Djeka chantés en bissa, mooré et Français.

Eunice compte se faire une place dans l’univers musical par des mélodies qui accrochent. Si cela n’est déjà fait. 

Revelyn SOME

Burkina24

Burkina24.com