Lutte contre l’extrémisme violent au Burkina : « La culture constitue l’arme la plus redoutable », selon Abdoul Karim Sango

59
Lutte contre l’extrémisme violent au Burkina : « La culture constitue l’arme   la plus redoutable », selon Abdoul Karim Sango

Le ministère de la Culture, des arts et du tourisme a tenu, ce jeudi 19 septembre 2019 à Ouagadougou, la conférence inaugurale de diffusion des résultats du colloque national sur l’extrémisme violent et les valeurs de référence. Il s’agit, à travers cette rencontre, de faire le bilan et de donner les résultats du colloque national sur le rôle de la culture dans la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent, et dans la promotion de la cohésion sociale au Burkina Faso tenu en novembre 2018 à Dori.

« La culture constitue l’arme la plus redoutable pour éradiquer le phénomène de l’extrémisme violent », convainc Abdoul Karim Sango, ministre en charge de la Culture, à l’entame de la conférence inaugurale de diffusion des résultats du colloque national sur l’extrémisme violent et les valeurs de référence, organisé dans la ville de Dori en novembre 2018.

Ousmane DJIGUEMDE,conseillé technique du ministre de la Culture des Arts et du Tourisme

Et selon Ousmane Djiguemdé, conseiller technique du ministre de la Culture, les résolutions de ce colloque national viennent des populations elles-mêmes. « En réalité, ce n’est pas une politique développée par le ministère. Compte tenu du fait qu’il fallait aller puiser dans nos ressources, nous avons vu que si nous nous appuyons sur des valeurs de références culturelles telles que la cohésion, alors nous pourrons parvenir à endiguer un tant soit peu le terrorisme. C’est une feuille de route qui émane des populations, parce que c’est un instrument participatif qui a été élaboré avec les populations », explique Ousmane Djiguemdé.

Abdoul Karim SANGO, ministre de la Culture des Arts et du Tourisme

La culture pour prévenir l’extrémisme violent

Selon Abdoul Karim Sango, la réflexion menée dans la ville de Dori en 2018 a été très enrichissante. Il soutient que les enseignements diffusés lors du colloque ont pour substance la base des valeurs culturelles du Burkina Faso. De plus, le ministre se dit convaincu du rôle que peut jouer la culture dans la prévention de l’extrémisme.

« La connaissance de nos valeurs nous rappelle ce qu’elles ont représenté dans le passé pour faire de nos royaumes de solides entités sociales. C’est plus que jamais de cette inspiration que nous avons besoin pour consolider notre vivre-ensemble. Et c’est le rôle du ministère de la Culture d’aller les exhumer pour en parler à la jeunesse, aux hommes et aux femmes du pays des hommes intègres, afin que nous n’oubliions jamais qui nous sommes et où nous comptons aller dans l’unité des cœurs et des esprits », a déclaré Abdoul Karim Sango.


Ce panel est le premier d’une série de treize conférences destinées à diffuser la feuille de route du colloque national de Dori. La rencontre de Dori a été le fruit du partenariat entre le Programme des nations unies pour le développement (PNUD) et l’Etat du Burkina Faso.

Ont pris part à cette rencontre de diffusion des résultats du colloque national, des leaders de différentes confessions religieuses et coutumières, des représentants du corps militaire, des autorités administratives, des acteurs culturels, pour ne citer que ceux-là.

Samirah Bationo (stagiaire)

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici