Litige foncier au Burkina : Un projet de construction d’une cité révolte des habitants de Raguitenga

35

Ce vendredi 23 avril 2021, des habitants de Raguitenga par le biais de leur porte-parole Moumini Sawadogo, ont organisé une rencontre pour dénoncer un projet de construction d’une cité de 15 milliards de  F CFA sur une superficie de 415 ha dans ce village de Korsimoro.

Le 22 avril 2017 le maire de Korsimoro, en son temps, a entrepris des démarches avec les autorités coutumières pour obtenir un accord de construction d’une cité dans le village de Raguitenga. Des habitants n’entendent pas accepter cette décision. En effet, ils ont organisé une rencontre pour  dénoncer l’aboutissement de ce projet, ce vendredi 23 avril 2021.

Selon le porte-parole, Moumini Sawadogo  leur refus de cette décision s’explique d’abord par le fait que la manière usée par le maire pour obtenir la signature des documents est reprochable. « L’ancienne maire est venue proposer le projet et notre chef a refusé. Après elle revient en larmes tout en évoquant l’aspect  sensible. Vous savez bien comment sont nos parents face à ces genres de situations. Après la signature, elle a coupé court à toute communication avec la population», a-t-il argué.


L’indifférence du nouveau maire  choque les populations

A  l’entendre, l’actuel maire est aussi dans la même logique. « Il a refusé catégoriquement de nous écouter », a-t-il dit. Par ce refus, il a conclu l’implication de ce dernier.  « A nous habitants, il nous empêche de cultiver nos terres et propose 02 parcelles et 1 million de francs pour les propriétaires terriens. Comment  on peut aspirer développer notre village », a-t-il clamé.

Pour Moumini Sawadogo, ce projet connait des avancements parce qu’il  a reçu le soutien de plusieurs chefs coutumiers qui soutiennent le maire dans ses démarches « illégitimes ».  

Le porte-parole a appelé les autorités compétentes à se pencher sur la question qui, selon lui, est « une bombe à retardement ». En termes de revendication il dit espérer ultérieurement que les initiateurs du projet permettent à la population de cultiver leurs terres.

Abdoul Gani BARRY (stagiaire)

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici