Le groupe parlementaire MPP passe à la loupe la forte demande sociale des Burkinabè 

46


Le Mouvement du peuple pour le progrès a ouvert ses deuxièmes journées parlementaires le samedi 21 octobre 2017 à Ouahigouya, dans le Nord du Burkina. C’est le siège du parti qui a servi de cadre pour la cérémonie d’ouverture qui a connu la présence du Premier ministre Paul Kaba Thiéba. Le thème retenu pour ces journées qui se tiennent les 21 et 22 octobre 2017 est : « Regard du groupe parlementaire MPP face à la forte demande sociale et pressante des populations ».

L’une des raisons majeures ayant prévalu à l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 reste la forte demande sociale. Assurer à tous les Burkinabè des services sociaux de qualité de base et un emploi décent aux jeunes et aux femmes est « un impératif catégorique », commente Réné Lompo, le Président du groupe parlementaire du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) pour expliquer les raisons du choix de ce thème.

Deux ans après la prise du pouvoir du MPP par les urnes, les députés de ce parti, majoritaires à l’Assemblée nationale constatent que les fortes demandes sociales restent visibles et « l’heure est venue d’apporter des solutions rapides et durables aux nombreuses préoccupations des populations, surtout les jeunes et les femmes », soutient Abdoulaye Mossé, président du Comité d’organisation des deuxièmes journées parlementaires de l’année 2017 du MPP.

Cette idée a également été relatée par le représentant du groupe du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) de l’Opposition parlementaire. Wendyélé Sawadogo tout en faisant remarquer que le MPP « a fait trois décennies au pouvoir avec Blaise Compaoré », a invité le pouvoir, via son groupe parlementaire à trouver « des solutions idoines » aux problèmes rencontrés par le pays.

Kayaba Sawadogo du groupe parlementaire Paix justice et réconciliation nationale (PJRN) également de l’Opposition parlementaire a ajouté aux demandes pressantes, « l’épineuse problématique de l’incivisme grandissant qui remet en cause l’autorité de l’Etat. Nous demeurons convaincus qu’un Etat, poursuit le député Kayaba Sawadogo, qui n’assume pas son autorité ne peut réussir sa politique de développement ».

En sus du Premier ministre Paul Kaba Thiéba qui a été accompagné de plusieurs de ses ministres, le président de l’Assemblée nationale, Alassane Sakandé était également présent. Par ailleurs, l’ « intrépide combattant de la démocratie », le « patriote engagé » qui a laissé « un lourd héritage politique », Salifou Diallo était également présent, dans les discours. Une statue à son effigie a été offerte à sa famille biologique par sa famille politique.

Ces deuxièmes journées parlementaires ont aussi servi de cadre pour des rencontres à huis clos entre les députés de la majorité et le Président de l’Assemblée nationale d’une part et d’autre part entre les députés et le gouvernement.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Burkina24.com