Kaya : Première session du Comité de pilotage du projet de construction de la paix et la cohésion sociale

142
Kaya : Première session du Comité de pilotage du projet de construction de la paix et la cohésion sociale

Le Jeudi 30 Juillet 2020, s’est tenue la première session du comité de pilotage du « projet d’appui à la co-construction de la paix et de la cohésion sociale au Centre-Nord », dans la salle de conférence de la mairie de Kaya. Les travaux se sont déroulés sous la présidence de Casimir B. Séguéda, gouverneur de la région du Centre-Nord, en présence des membres statutaires, techniques et des observateurs.

Démarré officiellement le 02 juillet dernier, le « projet d’appui à la co-construction de la paix et de la cohésion sociale au Centre-Nord » est mis en œuvre par un consortium d’organisations composé de la Coalition burkinabè pour les droits de la femme (CDBF), du Cercle pour la prévention en matière sécuritaire et la promotion de la paix et les droits humains (CESEPAD) et du Centre d’étude et de coopération internationale (CECI).


Pour réussir un tel projet, dont la gestion est axée sur les résultats, un cadre d’échange, d’arbitrage et surtout d’orientation stratégique par des décisions éclairées est nécessaire. C’est en réponse à ce besoin stratégique et organisationnel que se tient la présente session du comité de pilotage (COPIL).


Première du genre, la session a été l’occasion de donner des orientations sur le COPIL, et aussi examiner et valider le programme de travail et d’activité 2020 du projet. A l’ouverture le président de la cérémonie par ailleurs président du COPIL a invité les membres à s’investir pour l’atteinte des objectifs visés par le projet. « C’est un défi pour nous acteurs locaux qui conjuguons tous les jours les efforts pour restaurer la paix et la cohésion sociale au sein de notre région » a déclaré Casimir B. Séguéda qui a aussi émis le vœu de voir le projet s’étendre à toute la région.


Pour la directrice pays de CECI, lead du consortium, la mise en œuvre du projet repose sur une dynamique, qui consiste à impliquer tous les acteurs locaux dans le processus. « Le projet prend en compte les mécanismes endogènes de gestion et de prévention des conflits sans oublier le rôle des femmes à travers l’approche genre » a expliqué, Nathalie SAWADOGO/ NIKIEMA.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Tibgouda Samuel SAWADOGO

Collaborateur Kaya

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici