Journée internationale de la santé mentale : Un panel au profit des étudiants de l’Institut national de formation en travail social (INFTS) de Gaoua

40
Journée internationale de la santé mentale : Un panel au profit des étudiants de l’Institut national de formation en travail social (INFTS) de Gaoua

La Journée internationale de la santé mentale a été célébrée en différé à Gaoua le samedi 19 octobre 2019. Cette célébration a été organisée par Réhabilitation à base communautaire (RBC), un programme de l’Ocades Caritas. A cette occasion, plusieurs activités étaient au programme dont un panel au profit des étudiants de l’Institut national de formation en travail social (INFTS) de Gaoua.

La Journée internationale de santé mentale est célébrée chaque 11 octobre. Cette année, elle a été célébrée le 19 octobre en différé à Gaoua. L’objectif de la journée est de promouvoir les droits des personnes souffrant de maladies mentales. Un des objectifs, cette année, est d’attirer l’attention des populations et des décideurs sur la situation des personnes souffrant de troubles psycho-sociales et intellectuelles, a informé Yaya Perthiou Coulibaly, directeur du programme de Réhabilitation à base communautaire de Gaoua.

Les étudiants de l’Institut national de formation en travail social (INFTS), dans le cadre de cette journée, ont bénéficié de plusieurs communications. La première a porté sur la santé mentale de façon générale. Elle a été présentée par l’attachée en santé mentale Joseph Hien. La deuxième communication a concerné la psychopathologie et la santé mentale. Elle a été animée par le psychologue Abdramane Tien. Le directeur du programme de Réhabilitation à base communautaire de Gaoua, Yaya Perthiou Coulibaly, après une projection de film, a fait une troisième communication sur la prise en charge communautaire des pathologies mentales.


De l’avis des participants, ce panel a permis d’acquérir des connaissances sur les questions de handicap en général et sur la prise en charge des personnes souffrant de maladies mentales en particulier. Ils ont salué l’initiative et ont pris l’engagement de mettre en pratique les connaissances acquises.

Pour que les malades mentaux, couramment appelés « fous », retrouvent leur stabilité, il leur faut un accompagnement. C’est pourquoi, Yaya Perthiou Coulibaly demande l’accompagnement de tous. Puis d’ajouter : « Il faut avoir un regard, un penchant envers ces personnes car tout le monde peut, à tout moment de sa vie, avoir un handicap ». Pour lui, une simple dépression est une question de santé mentale. Et à ce titre, un malade mental errant dans la ville de Gaoua bénéficie de soins et sera suivi par un agent de RBC, a assuré M. Coulibaly.


En plus du panel, il faut noter que cette commémoration en différé à Gaoua de la Journée internationale de la santé mentale a permis de visiter les services de la psychiatrie et faire un don (savon, riz, couvertures) aux malades mentaux du Centre hospitalier régional de Gaoua.

Boubacar Tarnagda

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici