Joffrey Bazié, attaquant burkinabè : « Mon rêve est d’être un footballeur professionnel »

66

Il est l’un des atouts offensifs du duo Oscar Barro-Amadou Sampo à la Coupe d’Afrique des nations des moins de 20 ans. Nino Joffrey Bazié, puisque c’est de lui qu’il s’agit, voit son rêve de devenir footballeur professionnel prendre forme. Retour sur ce talent promoteur du football burkinabè.

En plus de Fiacre Botué, meilleur joueur et meilleur butteur du tournoi UFOA-B au cours duquel le Burkina s’est qualifié pour la CAN U-20, il faut désormais citer Nino Joffrey Bazié qui est aussi l’une des révélations des Etalons juniors à cette CAN U-20.

Elu « Homme du match » contre la Centrafrique, il s’était illustré par son coup-franc magnifique qui a entrainé le but égalisateur juste avant la pause et crédité d’un match de très bon niveau. C’est avec émotion qu’il dit avoir reçu sa distinction. « J’ai été ému lorsqu’à la fin du match on m’a remis ce trophée d’homme de match parce que je ne m’attendais pas à cela mais on peut dire que les entrainements ont porté fruit », se réjouit-il.

Né le 27 octobre 2003, son physique rappelle celui d’un autre international burkinabè à cet âge, Bertrand Traoré. Ses touches de balle et ses dribbles chaloupés également. Mais son physique un peu frêle n’a rien à avoir avec son talent qui se laisse apprécier par les amoureux du ballon. Le Burkina s’est qualifié pour les quarts de finale de la CAN U-20 et ambitionne de jouer la finale du tournoi.

Joffrey Bazié et l’entraineur Amadou Sampo

A un niveau personnel, le bilan du jeune joueur paraît déjà satisfaisant. « Comme bilan personnel face à la Centrafrique, je peux dire que l’objectif est atteint vu que nous avons fait un grand match contre la Centrafrique et marqué trois buts. Ce qui n’était plus arrivé depuis 2007 avec l’équipe nationale », se satisfait le sociétaire de Salitas FC.

Toutes ces performances viennent d’un désir, celui de devenir un footballeur professionnel et de jouer dans les grands championnats européens. Ce rêve est en train de prendre progressivement forme. « Depuis tout petit je rêvais d’être footballeur professionnel et je peux dire que ce n’est pas chose aisée. Mais plus les années passent, plus je me rends compte que les dieux du football m’offrent la possibilité de persévérer et j’espère bien que ça continuera dans cette lancée grâce aux conseils de mes grands frères Edmond Tapsoba, Alain et Bertrand Traoré », espère-t-il.

Face à l’Ouganda pour les quarts de finale, il est l’un des éléments sur lesquels peuvent compter Oscar Barro et son binôme amadou Sampo pour obtenir le ticket des demi-finales. Les Etalons ne sont pas loin de rééditer cet exploit après 2003, au Mali.

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici