GIM-UEMOA : Le rêve d’un « monde sans cash »

51

Le Groupement Interbancaire monétique de l’Union économique et monétaire Ouest africaine (GIM-UEMOA) dans sa campagne de sensibilisation sur les meilleures connaissances de moyen de paiement était ce lundi 11 juin 2018 à Ouagadougou.

Au Burkina Faso, le taux de bancarisation est de 17% et celui d’accès aux institutions financières est de 50%. Ce faible taux pourra s’expliquer par la prédominance de l’utilisation des espèces et de l’inefficacité des systèmes de monétiques.

La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) avait initié depuis 1999, une réforme des systèmes et moyens de paiement dans l’UEMOA, dont l’un des objectifs était de promouvoir l’utilisation de moyens de paiement scripturaux.

C’est dans ce sens que le Groupement Interbancaire monétique de l’Union économique et monétaire Ouest africaine (GIM-UEMOA), un organisme régional créé 2003 par la BCEAO et les banques de l’espace UEMOA dont le siège est au Sénégal, s’est donné comme défi pour l’inclusion financière de la bancarisation dans l’union.

En outre, le GIM-UEMOA a pour mission principale d’inciter les populations de l’UEMOA à utiliser la carte bancaire comme instrument de paiement. En effet, le c’est la structure de régulation qui gère la monétique interbancaire de la zone UEMOA dans toutes ses dimensions.

« Arriver à un monde sans cash » avec exclusivement la monnaie électronique comme mode de paiement dans l’espace de l’UEMOA

Ce lundi 11 juin 2018 à Ouagadougou, le GIM-UEMOA a organisé une rencontre pour plus présenter son organisme pour une meilleure connaissance de moyen de paiement. La carte bancaire GIM-UEMOA, délivrée par une banque membre du réseau, permet donc aux clients de faire des opérations de retrait et de paiement indépendamment de sa banque d’origine dans tout l’espace UEMOA.

« Nous mettons tout en œuvre pour garantir la qualité du service, la sécurité et avec une tarification maximale de 500 F CFA » a fait comprendre le directeur général de GIM-UEMOA, Blaise Ahouantchede. Pour lui, on doit « arriver à un monde sans cash » avec exclusivement la monnaie électronique comme mode de paiement dans l’espace de l’UEMOA.

Depuis sa création en 2003, GIM-UEMOA compte un réseau de plus 126 banques et institutions financières, plus de 5 millions de porteurs de cartes répertoriés, plus de 5 000 points d’acceptations comme les guichets automatiques de billets (GAB) et des terminaux de paiement électronique (TPE) dans les huit  pays de l’UEMOA.

En rappel, en 2009, la banque centrale a décidé de renforcer son implication dans la conduite du projet en souscrivant au capital du GIM-UEMOA et en devenant l’actionnaire majoritaire du groupement avec 52,7% du capital qui a été porté à plus de neuf milliards de FCFA.

Jules César KABORE

Burkina 24

Burkina24.com