Gestion hygiénique des menstrues : L’UNICEF outille les élèves du lycée mixte de Gounghin

23

Une délégation de l’UNICEF était le mardi 3 mars 2021 au lycée mixte de Gounghin à Ouagadougou. Accompagnée de la représentante résidente de l’UNICEF au Burkina Faso, l’objectif était de sensibiliser les élèves, filles comme garçons, sur la gestion hygiénique des menstrues en milieu scolaire dans le cadre de la journée internationale de la femme.

Au Burkina Faso, les statistiques ont démontré que l’abandon scolaire concerne plus les jeunes filles que les garçons. Plusieurs raisons ont été données pour expliquer cette situation parmi lesquelles on peut citer la gestion hygiénique des menstrues. En effet, ne sachant pas comment gérer de manière saine leur menstrues à l’école, beaucoup de filles s’absentent au cours durant leur période menstruelle. D’autres finissent même par abandonner.

C’est pour stopper ce flux d’abandon scolaire des jeunes filles et briser la glace autour de la question, que l’UNICEF en collaboration avec le ministère de l’Éducation nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales, a entamé une sensibilisation sur la promotion de la gestion hygiénique des menstrues dans les établissements.

Pour la représentante résidente de l’UNICEF, Sandra Lattouf, il est important de discuter de manière ouverte, transparente et sans tabou sur ce sujet, car il est important et touche à l’éducation. « Selon une étude faite au Burkina Faso et au Niger, 21% des enfants ne viennent pas à l’école à cause des menstruations » a-t-elle déclaré tout en soulignant l’impact que peuvent avoir les menstruations sur l’éducation.

La représentante résidente de l’UNICEF au Burkina Faso, Sandra Lattouf

Les menstrues sont des phénomènes naturels

Ainsi le mercredi 3 mars 2021, c’était au tour des élèves du Lycée mixte de Gounghin d’accueillir l’UNICEF et ses collaborateurs pour échanger. Cette rencontre rentre dans le cadre du 8-Mars et vise à outiller les jeunes filles et garçons sur la question des menstrues, très souvent vue comme un tabou dans les conversations.

À travers la présentation des organes génitaux de la femme et de l’homme, les animatrices du jour ont sensibilisé les lycéens sur l’origine des menstrues chez les filles. De la douleur lors de l’écoulement sanguin à la protection, elles les ont invitées à toujours échanger avec leurs parents lorsqu’ils constatent un changement sur leur corps. « Les menstrues sont des phénomènes naturels, il n’y a pas à avoir peur ni de honte à les avoir. Seulement il faut en parler plutôt aux parents et demander des conseils.  » a indiqué Awa Nadine Wassonguema/ Dipama, point focal gestion des menstrues à la Direction de la promotion de l’éducation inclusive, de l’éducation des filles et du genre.

Awa Nadine Wassonguema/Dipama, point focal gestion des menstrues à la Direction de la promotion de l’éducation inclusive, de l’éducation des filles et du genre

Ce fut l’occasion pour elle de montrer aux filles comment se protéger efficacement quand on est en période de menstrues. Il s’agit notamment de l’utilisation des serviettes hygiéniques à usage unique qui demande des dépenses chaque mois, et celles réutilisables que l’on lave et fait sécher au soleil.

Les garçons aussi ont participé à cette séance de sensibilisation et ont appris comment ils peuvent aider les filles à gérer leurs menstrues à l’école, et non se moquer une fois que leurs habits sont tachés de sang.

Des garçons se sont engagés à soutenir les filles

Selon le directeur provincial de l’enseignement post-primaire et secondaire du Kadiogo, représentant le secrétaire général de la région de Centre, Evariste Béréwoudgou, les menstrues sont avec la santé reproductive considérées comme des sujets tabous dans la société, et cela complique davantage la communication entre les enfants et leurs parents sur le sujet. Ainsi cette initiative est à saluer en ce sens qu’elle aide les élèves à avoir des compétences de vie courante pour pouvoir assurer leur lendemain. « Au Burkina Faso, l’éducation que doivent assurer les mères est souvent incomplète. Et très souvent, elles ont honte de parler de certaines choses comme celles liées aux menstrues. » a-t-il laissé entendre.

Séance de démonstration de l’utilisation des serviettes hygiéniques avec les élèves

De son côté, l’artiste chanteur Smarty, par ailleurs ambassadeur de l’UNICEF, trouve que ces genres de rencontre sont nécessaires pour briser la glace sur ce qui est vu comme sujet tabou. Cela permet aux jeunes de s’exprimer avec leurs propres mots et le message passe plus vite. Et ce message a été bien reçu par les élèves. C’est le cas chez certains élèves comme Bandaogo Ramatou en classe de 2de A4 et Diallo Salimata en classe de 1re D qui disent avoir beaucoup appris de cette sensibilisation et se sont engagées à aider les autres quant à la gestion de leurs menstrues. Quant aux garçons, ils ont dit être prêts à soutenir les filles.

Judith SANOU

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici