Gestion des dépenses publiques : Les gestionnaires budgétaires outillés sur le Plan d’engagement des dépenses de l’Etat

39

Le directeur général du contrôle des marchés publics et des engagements financiers, Salif Ouédraogo, a procédé, le mardi 16 février 2021, à l’ouverture de la session de communication sur l’élaboration et la mise en œuvre du Plan d’engagement des dépenses de l’Etat. Cette session a été organisée au profit des acteurs du circuit de la dépense publique au Burkina Faso, en vue de permettre une meilleure planification des dépenses de l’Etat afin d’assurer la cohérence entre le rythme des dépenses publiques et la trésorerie de l’Etat.

Depuis 2017, la gestion budgétaire du Burkina Faso a basculé du budget-objet au budget-programme. Aussi, afin de faciliter l’exécution budgétaire, depuis mai 2020, des travaux ont été engagés dans l’objectif de rendre disponible un Plan d’engagement des dépenses de l’Etat (PEDE) pour mieux arrimer les engagements de l’Etat à l’évolution de la trésorerie.

En vue de permettre une meilleure appréhension des gestionnaires budgétaires au niveau central et ministériel de l’élaboration du PEDE, la Direction générale du contrôle des marchés publics et des engagements financiers, avec l’appui du sous-programme Finances publiques du Programme d’appui à la gestion publique et aux statistiques (PAGPS/FP), a organisé une formation et des séances de communication au profit des acteurs.


Selon le directeur général du contrôle des marchés publics et des engagements financiers, Salif Ouédraogo, le PEDE revêt une importance capitale dans l’exécution budgétaire en ce sens que c’est un outil de programmation budgétaire qui permet d’éviter la navigation à vue. « L’arrimage des dépenses avec la trésorerie dans la perspective d’assurer une gestion équilibrée du budget de l’Etat, est un des vœux les plus chers du ministre des Finances en sa qualité de responsable de la trésorerie de l’Etat d’une part, et du fait qu’il est ordonnateur unique en recettes du budget de l’Etat d’autre part », a-t-il déclaré.


Dans la même lancée, Vincent de Paul Yaméogo, directeur du contrôle des engagements du budget de l’Etat, a indiqué que la mise en œuvre des plans d’engagement des dépenses de l’Etat devrait permettre d’asseoir définitivement la cohérence entre l’exécution des dépenses et la trésorerie. D’où l’importance de sa bonne appropriation par les gestionnaires budgétaires qui jouent un rôle important dans la réussite de son implémentation dans l’exécution du budget de l’Etat.


Ainsi, il sera question, au cours de cette session, de passer en revue l’importance d’un plan d’engagement budgétaire, les méthodes d’élaboration et comment faire le suivi de cet outil de planification. L’année 2021 sera consacrée aux essais dans certains ministères pilotes ; la mise en œuvre concrète commencera à proprement dit en 2022. Selon la coordonnatrice du Programme d’appui à la gestion publique et aux statistiques (PAGPS), Aïssata Sané/Congo, c’est dans le cadre de la mise en œuvre de son programme d’activité 2021 que le sous-programme Finances publiques du PAGPS/FP accompagne la Direction générale du Contrôle des marchés publics et des engagements financiers (DG-CMEF) pour la réalisation de cette formation.


A l’en croire, le volet finances publiques du PAGPS a pour objectif de contribuer à une gestion saine des finances de l’Etat. Ce qui va de pair avec la cohérence du Plan d’engagement des dépenses de l’Etat et la trésorerie, le Plan de déblocage des fonds et de passation des marchés. Cela est très important pour la réalisation des objectifs du PAGPS.

Judith SANOU

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici