Fonds de relance économique post-Covid : Le mécanisme de financement expliqué aux acteurs économiques

114
Fonds de relance économique post-Covid : Le mécanisme de financement expliqué aux acteurs économiques

Le Comité de gestion du Mécanisme de financement du fonds de relance économique (FRE-Covid19), en collaboration avec la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF), a organisé une rencontre d’échanges et d’explication du mécanisme avec les acteurs économiques, le jeudi 17 septembre 2020. La répartition de la centaine de milliards allouée et les conditions d’accompagnement ont constitué l’ordre du jour des échanges.

L’avènement de la maladie à coronavirus au Burkina Faso et les conséquences qu’elle a entraînées sur l’économie, ont amené le gouvernement à prendre des mesures pour accompagner la relance de l’économie nationale. Celle-ci allait, en effet, connaître une récession avec un impact significatif sur ses entreprises.

Le 2 avril 2020, dans une adresse à la nation, le président du Faso, Roch Kaboré a annoncé des mesures d’accompagnement. Au titre des entreprises touchées par les effets de pandémie, un montant de 100 milliards de Fcfa est annoncé. Une telle décision avait pour objectif de contribuer à sauvegarder les emplois qui étaient menacés et soutenir les entreprises pour surmonter leurs difficultés.

Les participants avec en première ligne, les directeurs des Fonds nationaux de financement

Deux systèmes de financement adoptés

Selon le président du comité de gestion du FRE-Covid19, Abdoulaye Zongo, le montant de 100 milliards de F CFA alloué a été programmé pour la période 2020-2021 à raison de 70 milliards en 2020 et 30 milliards en 2021. Sur ces 100 milliards, il est prévu que 30 milliards reviennent au financement des grandes entreprises, 40 milliards au petites et moyennes entreprises, 20 milliards pour les très petites entreprises, 5 milliards au Fonds burkinabè de développement économique et social (FBDES) et 5 milliards au compte courant associé d’agences de voyage pour le paiement d’arriérés de salaire pour chômage technique. Deux systèmes de financement ont été adoptés, ajoute Abdoulaye Zongo. Il s’agit du système bancaire avec deux guichets, l’un pour les grandes entreprises, l’autre pour les petites et moyennes entreprises ; et le système des Fonds nationaux de financement, pour l’accompagnement des très petites entreprises. Chaque client s’adresse à sa catégorie d’institution financière.

Le président du comité de gestion du FRE-Covid19, présente le mécanisme de financement

Pour rappel, les instruments de financement sont le crédit de trésorerie ou crédit d’investissement, les crédits à taux d’intérêt réduit, les bonifications de taux d’intérêt et les subventions des charges salariales et dettes sociales des entreprises impactées, parmi lesquelles les agences voyages, les entreprises de presse, etc. « Les interventions du FRE-Covid19 se feront essentiellement sous forme de crédit à intérêt réduit à 3,5% au profit des Petites et moyennes entreprises (PME) et des Très petites entreprises (TPE) et à 4% pour les grandes entreprises », précise le président du Comité de gestion du FRE-covid19.

Le secteur privé continue de payer…

Le président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers (APBEF-BF), le président de l’Association professionnelles des systèmes financiers décentralisés (APSFD), les directeurs du Fonds burkinabè de développement économique et social (FBDES), du Fonds national de finance inclusive (FONAFI) et de l’AFP-PME, se sont prêtés aux questions des participants à la rencontre, sous la direction du directeur général de la CCI-BF, Issaka Kargougou.

Issaka Kargougou, DG de la CCI-BF, a réitéré les remerciements de Chambre de commerce au gouvernement burkinabè, pour l’effort d’accompagnement aux entreprises en difficulté

Selon ce dernier, le secteur privé a payé un lourd tribut dans le contexte du Covid-19, et continue de payer. C’est pourquoi, il accueille très favorablement et avec grand soulagement l’accompagnement entrepris par le gouvernement burkinabè. Il a été précisé, à travers les réponses aux questions, que la priorité est accordée aux entreprises qui ont été affectées par l’avènement du Covid-19. Cependant, les entreprises qui ont besoin d’accompagnement pour relancer leurs activités, sans être de la catégorie privilégiée, ne sont pas d’office exclues.

Etienne Lankoandé

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici