Facilitation des échanges : Les acteurs de la chaîne du Transport sensibilisés à Cinkansé

35
Facilitation des échanges : Les acteurs de la chaîne du Transport sensibilisés à Cinkansé

Le Conseil burkinabè des chargeurs (CBC) organise, les 21 et 22 octobre 2020, à Cinkansé (zone frontalière avec le Togo), une session de sensibilisation des acteurs de la chaîne des transports sur la facilitation des échanges. Objectif, permettre aux différents acteurs d’aplanir les incompréhensions et de pouvoir parler le même langage.

L’accompagnement des acteurs de la chaîne du transport sur la facilitation des échanges est l’une des missions du Conseil burkinabè des chargeurs. Sur le terrain, il y a souvent des couacs, liés souvent à la méconnaissance des textes et des rôles que jouent chaque maillon de la chaîne. En vue de permettre à tous de parler le même langage, le CBC organise une session de sensibilisation des acteurs intervenants sur le corridor Ouagadougou – Lomé. L’atelier s’est ouvert à Cinkansé, ce mercredi 21 octobre 2020, en présence du préfet de la commune de Yargatenga, Kafando Abel et du maire de Cinkansé, Diessongo Marcel.

Une vue des participants

Les rôles et missions du CBC au programme

Au cours de ces 48h, les participants (transporteurs, conducteurs de véhicules, transitaires, forces de sécurité (ONASER) et agents du Conseil burkinabè des chargeurs) seront outillés sur l’importance de la facilitation des échanges pour les pays sans accès à la mer comme le Burkina Faso. Ce sera également l’occasion pour le Conseil burkinabè des Chargeurs (CBC) de rappeler ses rôles et missions.

Diessongo Marcel, maire de Cinkansé

Selon Denise Bado, directrice du trafic, du fret, de la facilitation et de l’assistance aux chargeurs, le CBC est un établissement public à caractère professionnel, habilité par l’État pour s’occuper de la gestion du fret généré par le commerce extérieur du Burkina. Il a également un rôle de coordination des acteurs de la chaîne du transport et travaille à renforcer les capacités des chargeurs, défendre leurs intérêts et de travailler à ce qu’il y ait un approvisionnement régulier du pays.

Mme Bado Denise, directrice du trafic, du fret, de la facilitation et de l’assistance aux chargeurs

Le règlement 14 de l’UEMOA

Outre ses missions, le CBC présentera au cours de l’atelier de sensibilisation, les dispositions relatives à la charge à l’essieu prévues par le règlement n°14 de l’UEMOA qui fait partie, rappelons-le, des points de revendications de la récente grève des chauffeurs routiers. Ce règlement peine à connaître une application effective au Burkina mais aussi dans les autres pays de l’UEMOA. Et selon Mme Bado, le Burkina n’aurait pas de problème si le règlement 14 était appliqué au niveau des ports.

« C’est pour cela que nous demandons au niveau de l’UEMOA une application organisée de ce texte pour que les pays commencent au même moment avec les mêmes équipements. Quelques fois les problèmes que les acteurs rencontrent se situent au niveau des différences entre les données des équipements utilisés dans les pays. Les structures chargées du contrôle au Ghana par exemple peuvent ne pas reconnaître les données de celles du Burkina », a indiqué Mme Bado, justifiant la présence de l’office national de la sécurité routière à cet atelier

L’Office national de la sécurité routière était représentée par la Gendarmerie et la Police nationale

Quant à la direction régionale des transports du Centre-est, avec Baowendmanegre Zoungrana, elle s’entretiendra avec les participants sur la réglementation sur les transports avant que l’ONASER aborde la question du contrôle routier sur les corridors.

Notons que cet atelier est le deuxième du genre organisé par le CBC après celui de Dakola, sur le corridor Ouagadougou – Tema, au Ghana.

Herman Frédéric Bassolé

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici