Éducation : 95 instituteurs sous les projecteurs de l’Assemblée nationale

30

Éducation : 95 instituteurs sous les projecteurs de l’Assemblée nationale

De l’ombre à la lumière, il n’y a qu’un pas. Un pas au rythme du travail, de la persévérance et de la patience. Longtemps considéré comme une boussole, l’enseignant a pourtant toujours vécu loin des feux de la rampe. À l’image de Katherine, Mary et Dorothy, ces figures de l’ombre afro-américaines qui ont travaillé à la NASA. Pour l’Assemblée nationale, il était temps de rendre à l’enseignant ce qui lui revenait de droit : la reconnaissance, considérée comme la mémoire du cœur.

Ainsi a-t-elle organisé la Journée de reconnaissance du député à l’enseignant (JOURDEN), au profit des instituteurs qui ont réalisé un sans-faute à l’examen du CEP avec au moins un effectif de 50 élèves.

Une moto et 500 000 F CFA pour les deux étoiles

Éducation : 95 instituteurs sous les projecteurs de l’Assemblée nationale
Boureima Coulibaly recevant son prix des mains du président de l’Assemblée nationale

Des 95 enseignants récipiendaires du jour, deux sortent du lot : Boureima Coulibaly de l’école Alpha Solidarité de Bobo-Dioulasso et Mariam Roamba de l’école La Salle Badenya. L’un a réalisé la prouesse avec 120 élèves et l’autre avec 99. Pour ces deux enseignants, le 100% est une tradition depuis plusieurs années, et ils le doivent au travail bien organisé. En plus de recevoir un ordinateur portable, une enveloppe de 100 000 F CFA, à l’instar des autres récipiendaires, Boureima Coulibaly et Mariam Roamba sont repartis chacun avec une nouvelle moto. Satisfaits des résultats produits par les deux instituteurs, le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, a offert à chacun une enveloppe de 500 000 F CFA supplémentaire.

Pour une institutionnalisation de l’événement

Éducation : 95 instituteurs sous les projecteurs de l’Assemblée nationale
L’institutrice Roamba Mariam recevant un ordinateur

« Ce que nous sommes tous aujourd’hui, nous le devons à l’enseignant. Et moi, je le dois doublement. Mon père était un enseignant, un brave instituteur de brousse, comme on le dit souvent. Et je suis fier de le dire : je suis le fils d’un enseignant », a déclaré le patron du Parlement burkinabè, avant d’ajouter : « Vous êtes le sel de la patrie, le levain de la nation et la lumière qui jaillit ». Il a enfin rassuré les enseignants que la JOURDEN, loin d’être une manifestation conjoncturelle, sera institutionnalisée « afin de susciter et perpétuer la saine émulation au sein du corps ».

Éducation : 95 instituteurs sous les projecteurs de l’Assemblée nationale
Pr Stanislas Ouaro, ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation

Tout en saluant cet engagement du Parlement à soutenir l’éducation, le ministre de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation, Pr Stanislas Ouaro, a rappelé aux enseignants que le dynamisme dont ils ont fait montre doit être maintenu et partagé et qu’ils doivent incarner les valeurs et principes auxquels tiennent les communautés. « L’exemple que donne l’enseignant compte autant que l’instruction qu’il dispense… Aujourd’hui vous êtes des modèles et nous en sommes fiers. Il y a eu des succès mais aussi des difficultés de parcours, mais ce qui compte le plus, c’est l’éclat des fines fleurs de nos actions », a déclaré le Pr Ouaro.

En rappel, pour les prochaines éditions, les organisateurs de la JOURDEN ont laissé entendre que l’événement pourrait s’étendre aux acteurs de l’éducation des niveaux secondaire et supérieur.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Lefaso.net