Durabilité des entreprises : Hommes d’affaires, accueillez l’outil EESE !

80

Il aura fallu un an pour que l’étude EESE (en français Environnement propice aux entreprises durables), lancée en avril 2017, voit ses premiers résultats. Les fruits de l’étude réalisée par le Bureau international du travail (BIT) et sollicitée par le Conseil National du Patronat Burkinabè (CNPB) ont été appréciés ce 24 avril 2018 à Ouagadougou.

Les entreprises constituent la principale source de création de richesses et d’emplois et l’environnement devrait être favorable au développement de celles-ci. Ce n’est pas le Conseil National du Patronat Burkinabè (CNPB) qui dira le contraire.

Le CNPB, en vue de promouvoir le développement économique et social, a demandé l’appui du Bureau International du travail (BIT) pour faire une évaluation de l’environnement des affaires, selon la méthodologie EESE (environnement propice aux entreprises durables).

Durabilité des entreprises : Hommes d’affaires, accueillez l’outil EESE !

L’étude EESE, en anglais « Enabling Environment for Sustainable Entreprises », est en fait un outil développé par l’Organisation Internationale du Travail pour évaluer, défendre et réformer l’environnement dans lequel les entreprises démarrent et grandissent.

« L’étude EESE se fonde sur 17 critères liés à des conditions identifiées comme fondamentales pour un environnement propice aux entreprises durables, prenant en compte aussi bien les aspects politiques, économiques sociaux qu’environnementaux de l’environnement de l’entreprise », a expliqué Adama Bitié, Président de la Commission chargée de l’amélioration de l’environnement des affaires.

La démarche comporte plusieurs étapes dont l’identification des défis économiques majeurs, la réalisation d’études primaires et secondaires en lien avec les priorités identifiées, l’élaboration d’un document de communication et plaidoyer du secteur privé sur les recommandations et les mesures pertinentes à mettre en œuvre à adresser aux pouvoirs publics.

L’étude EESE a débuté en avril 2017 au Burkina par la collecte de données secondaires dont les résultats ont fait l’objet de présentation lors de l’atelier de lancement du processus EESE tenu les 19 et 20 juin 2017.

Après plusieurs mois de travaux, le consultant a finalisé son rapport sur la base de l’analyse des données secondaires et des résultats de l’enquête auprès de 431 entreprises et 115 employés. L’atelier de ce 24 avril 2018 vise donc à examiner et valider le rapport final EESE, à identifier des domaines prioritaires de réformes et définir une esquisse de plan d’actions.

Jules César KABORE

Burkina 24

Burkina24.com