Diplômes des agents de la fonction publique : 73 835 contrôlés, 40 cas douteux

21

A la sortie du conseil des ministres, le ministre en charge de la culture a animé le point de presse en lieu et place de son collègue de la communication qui « pour des raisons indépendantes de sa volonté »  ne peut pas animer le point de presse. Abdoul Karim Sango a indiqué que le conseil a acté l’acquisition d’effets d’habillement. Aussi le cas du foyer de contaminations du Covid-19 à Bobo-Dioulasso a été abordé.

Plus de 2 milliards de francs CFA, c’est la somme qui sera utilisée pour acquérir des effets d’habillement pour le compte du ministère de la sécurité. Un marché qui sera exécuté sur financement du budget de l’Etat exercice 2020. Le marché est composé de 4 lots et chaque lot doit être exécuté en un délai de 150 jours. Selon le ministre de la culture, le conseil a aussi  procédé à l’adoption d’un décret portant naturalisation. « Ce décret vise à octroyer la nationalité burkinabè à 166 personnes », a-t-il dit.

Revenant sur le foyer du Covid-19 des élèves énarques à Bobo-Dioulasso, Abdoul Karim Sango a indiqué que des « mesures appropriées ont permis de circonscrire le foyer ». Cependant le ministre a appelé «  à ne pas se laisser tomber dans la polémique » car dit-il, « la maladie existe aujourd’hui partout au Burkina ». Il assure alors que les cas contacts et les cas positifs sont suivis afin de limiter les contagions. Le respect des mesures barrières est toujours prôné par les autorités.

40% des diplômes des agents qui ont été contrôlés

Sur l’opération de vérification des diplômes des agents de la fonction publique, le ministre en charge de la culture a fait le point. « On note que pour la première étape qui a porté sur 73 835 diplômes, le résultat fait ressortir que 561 diplômes nécessitent un contrôle approfondi. 40 diplômes sont présentés comme étant des cas douteux », a dit le ministre Abdoul Karim Sango. Selon ses propos, c’est 40% des diplômes des agents qui ont été contrôlés.

 Pour la suite des diplômes douteux et ceux qui nécessitent un contrôle approfondi, il a indiqué que c’est l’Autorité Supérieure de contrôle de l’État qui prendra la relève. Sur les cas douteux, « soit ce sont des faux diplômes, soit ça n’appartient pas aux intéressés ». En attendant les contrôles approfondis, « le ministre de la fonction publique dispose d’indice ». « Contrairement à ce qu’on croit, notre système de recrutement n’est pas aussi poreux que cela », a laissé entendre Abdoul Karim Sango.

Basile SAMA

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici