Dialogue citoyen ‘’Armée-Nation ‘’ : Le renforcement des liens

17
Dialogue citoyen ‘’Armée-Nation ‘’ : Le renforcement des liens

L’association lumière en collaboration avec le ministère de la Défense nationale et des Anciens combattants et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a initié le 16 octobre 2020 à Ouagadougou, une rencontre de dialogue entre civils-militaires. Tenue grâce à l’appui financier du Fonds de consolidation de la paix du secrétaire général des Nations unies, ce dialogue citoyen a pour objectif de rapprocher la nation de son armée en renforçant les mécanismes qui permettent aux citoyens de s’approprier la problématique de la défense nationale sous l’angle de l’intérêt d’une part, d’autre part, de permettre aux forces nationales de s’approprier les préoccupations des populations.

Contribuer à juguler les incompréhensions entre armées et populations afin de mieux renforcer la collaboration entre elles de sorte à créer une synergie d’action pour la protection de la nation. Telle est la démarche de l’association génération lumière en collaboration avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) à travers cette journée de réflexion et d’échanges dénommée « Dialogue citoyen Armée-Nation ». Cette journée placée sous le thème « renforcer le lien Armée-Nation » vise à renforcer les mécanismes de dialogue et de concertation.

Des participants

En effet, au cours de cette journée de dialogue citoyen, les participants aborderont deux thématiques. Celles du « lien Armée-Nation : principe, contenu et champ d’application » et « Nation-Armée : concours, synergie et efforts ». En parcourant ces deux thématiques, les 150 participants venant de divers horizons veulent appréhender mieux les rôles et missions de l’armée vis-à-vis de la nation et des populations à travers ses principes, son contenu et son champ d’application mais aussi les mécanismes de dialogue, concertation et redevabilité des FDS dans une dynamique d’accompagnement des populations dans leur quête de paix et de cohésion sociale.

Le chef de mission de l’OIM, Aissatou Guisse Kaspar

Ce dialogue citoyen s’inscrit en droite ligne dans le cadre du projet « Appui à l’amélioration de la confiance entre l’administration, les forces de défense et de sécurité et les populations dans le Nord et le Sahel ». Pour le chef de mission de l’OIM, Aissatou Guisse Kaspar, cette rencontre d’échange est « une occasion pour les représentants du gouvernement issus de différents ministère d’échanger sur leur contribution et comment travailler ensemble pour consolider la paix et la cohésion sociale au Burkina Faso ».

A travers le projet « Appui à l’amélioration de la confiance entre l’administration, les forces de défense et de sécurité et les populations dans le Nord et le Sahel du Burkina Faso », le système des Nations Unies appuie le gouvernement burkinabè depuis plus d’une année dans l’amélioration de la confiance entre l’administration, les forces de défense et les populations.

Photo de famille

Dans ce cadre, plus de 230 agents des forces de défense et de sécurité ont été formés sur le respect des droits humains et le genre. Et près de 5000 personnes ont participé aux activités civilo-militaires pour une meilleure cohésion entre FDS et communautés dans le respect des valeurs citoyennes et la dignité humaine.

Cela a permis de rapprocher davantage les populations civiles et les forces de défense et de sécurité. « Le but de cette rencontre est de faire en sorte que les composantes de la nation notamment l’armée et la population puissent se retrouver pour échanger sur les meilleurs mécanismes pour renforcer davantage la confiance par le dialogue » a déclaré le secrétaire exécutif de l’association génération lumière, Amidou Dipama.

Le secrétaire exécutif de l’association génération lumière, Amidou Dipama

Toujours dans le but de renforcer les liens entre les deux entités, plus de 15 000 personnes des régions du Sahel et du Nord ont aussi bénéficié d’opérations spécifiques de délivrance de documents d’identité afin de renforcer la résilience des communautés et construire la confiance entre elles et leur armée. En rappel, le projet « Appui à l’amélioration de la confiance entre l’administration, les forces de défense et de sécurité et les populations dans le Nord et le Sahel du Burkina Faso » est conjointement mis en œuvre par l’OIM et le programme des nations unies pour le développement (PNUD).

Issoufou Ouédraogo

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici