Développement : La fondation stromme en concertation avec ses partenaires pour valider son plan stratégique 2019-2023

66

Développement : La fondation stromme en concertation avec ses partenaires pour valider son plan stratégique 2019-2023

C’est parti pour les discussions entre la fondation stromme et ses partenaires. Un atelier de concertation s’est ouvert ce matin à Ouagadougou en vue d’échanger sur le plan stratégique 2019-2023 de la fondation. « Si tu veux aller vite, il faut aller seul mais si tu veux aller loin alors il faut aller avec les autres » note Zakariya Abdou, Directeur régional de la fondation. Pour aller sûrement loin et réussir sa mission, la structure a convié ses partenaires pour échanger les idées sur ce qu’ils vont entreprendre ensemble. Pour le Directeur régional, toute organisation qui se veut responsable doit éviter de naviguer à vue. L’ONG norvégienne dans son mode développement a choisi d’opérer sur la base de plans quinquennaux.

Un plan s’achève, un autre prend le relais

Le plan stratégique de l’ONG actuellement en cours a été initié en 2014. Il prend fin à la fin de cette année. Le Directeur régional fait savoir que celui dont la validation réunit les partenaires va prendre le relais. Il y a toujours les trois axes d’interventions de l’ONG. Il s’agit de l’éducation qui constitue la matrice de tout développement, la microfinance communautaire qui vise à sortir les femmes de la pauvreté et le renforcement des capacités de la société civile. A ce niveau, l’on attend une prise de conscience plus accrue de leurs droits par les communautés et des exigences de redevabilité des détenteurs du pouvoir à leur égard.

Le plan stratégique en cours a été bénéfique aux populations cibles

Développement : La fondation stromme en concertation avec ses partenaires pour valider son plan stratégique 2019-2023Le ministre de l’éducation pris par le conseil des ministres a fait parvenir un message par l’intermédiaire de son conseiller technique. Il se souvient que grâce à l’action de l’ONG, plus de 26 132 enfants de 8 à 12 ans ont été scolarisés. 532 adolescents de 13 à 14 ans du Burkina et du Niger ont pu aussi se rendre à l’école. 576 jeunes ont été formés à des métiers. Le programme a aussi permis d’alphabétiser 6804 femmes rurales. C’est pourquoi il appelle de ses vœux, que chacun contribue avec des idées riches et pertinentes à l’amélioration du document présenté. L’atelier qui s’est ouvert aujourd’hui refermera ses portes ce jeudi 15 mars 2018.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Lefaso.net