Développement des Collectivités : Le FPDCT et le FICOD tiennent leur rencontre trimestrielle

71

Dans le cadre du protocole d’accord entre le Fonds Permanent pour le Développement des Collectivités Territoriales (FPDCT) et le Fonds d’Investissement pour les Collectivités Décentralisées (FICOD), les deux structures se sont retrouvées pour un atelier trimestriel. Ce lundi 7 décembre 2020, elles vont se pencher sur le bilan des activités et porter un œil sur les prévisions.

Après la rencontre de janvier 2020, le FPDCT et le FICOD n’avaient plus eu l’occasion de tenir leur rencontre trimestrielle en raison de la pandémie du Covid-19. A l’orée de la célébration du 11-Décembre à Banfora, les deux structures se sont offertes l’occasion de revisiter le protocole d’accord qui existe entre elles. Comme objectif visé, le coordonnateur du FICOD a indiqué qu’il s’agit de trouver les voies et moyens pour des investissements plus utiles au profit des collectivités territoriales.

« Ce protocole permet à chaque acteur de mener un certain nombre d’activités pour que les investissements qui se mènent puissent bien se faire, qu’il n’y ait pas de doublon », a déclaré Abdoulaye Zongo, le coordonnateur du FICOD. C’est donc un système de complémentarité qui se fait entre sa structure et celle de Bruno Dipama. Il faut retenir que le FICOD intervient dans l’accompagnement des collectivités afin qu’elles proposent des projets efficients et viables.


« Il faut que chaque acteur puisse jouer son rôle »

« Nous sommes ensemble pour accompagner les collectivités. Notre appui est beaucoup plus en direction des collectivités pour qu’elles puissent mener à bien leur rôle de maitre d’ouvrage dans la mise en œuvre des projets. C’est vrai que la qualité des infrastructures se pose souvent (…) Vous avez un ensemble d’acteurs qui devraient concourir à la qualité. Mais si vous avez des acteurs qui sont assez défaillants, vous serez à la fin avec des infrastructures qui ne sont pas de qualité. La responsabilité n’est pas seulement liée au FPDCT et au FICOD, c’est une responsabilité d’’ensemble. Il faut que chaque acteur puisse jouer son rôle »,

Abdoulaye Zongo

Pour sa part, le directeur général du FPDCT, Bruno Dipama est revenu sur les difficultés qui interviennent dans le cadre de l’accompagnement des collectivités. « Le FICOD tout comme le FPDCT rencontre les même difficultés. Il s’agit de la faiblesse de la maitrise d’ouvrage. Et cela a un impact sur la qualité des infrastructures », a-t-il souligné. Avec la collaboration du FICOD, il veut trouver des solutions pour palier à ces insuffisances.

Revenant sur l’impact du Covid-19 sur les activités, Bruno Dipama a expliqué que le FPDCT a vécu et vit les mêmes évènements comme cela s’est fait ressentir au niveau national.  « Nous avons dû marquer un arrêt de 3 mois. Cela s’est traduit concrètement par le faible niveau d’avancement des travaux au niveau d’un certain nombre de chantiers », a-t-il dit. Selon ses propos, cela s’est fait ressentir aussi dans les projets conduits conjointement par le FPDCT et le FICOD.

 Il faut aussi retenir que le FICOD intervient dans trois régions que sont le Sud-Ouest, l’Est et le Centre-Est. « Nous devions faire des missions conjointes. Mais avec le Covid-19, cela n’a pas pu avoir lieu », a ajouté le directeur général du FPDCT. En guise d’information, la collaboration entre le FPDCT et le FICOD date de depuis 2012. Elle a à son actif deux protocoles déjà évalués. Un troisième est en cours d’exécution.

Basile SAMA

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici