Détentions préventives abusives : Un projet est né

45

Le centre pour la qualité  du droit et de la justice a organisé une conférence de presse ce mardi 12 septembre 2017 à Ouagadougou pour lancer son projet de lutte contre les détentions préventives abusives et de réduction de la surpopulation carcérale au Burkina Faso.

C’est au cours d’une conférence de presse que le CQDJ a lancé son projet de lutte contre les détentions préventives abusives et la réduction de la surpopulation carcérale au Burkina Faso. Cela afin d’apporter une solution et d’accompagner le ministère de la justice et le gouvernement à respecter ses engagements.

Selon Sosthène Ouédraogo, président du conseil d’administration du CQDJ, « ce projet a pour objectif, d’apporter un soutien juridique par une démarche d’assistance et pédagogique aux personnes victimes de détention provisoire et abusive».

Le projet intervient dans 5 localités que sont Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Fada N’Gourma, Banfora et Koudougou sur une durée de 18 mois. Les activités qui seront menées sont, entre autres, des ateliers de sensibilisation au profit des acteurs clés tels les magistrats, avocats et gardes de sécurité pénitentiaire. Le centre se promet d’assurer également le monitoring des cas de détention préventive abusive et la mise en place d’une assistance juridique et judiciaire au profit des cas les plus criards et un plaidoyer pour la mise en place d’un fonds d’indemnisation pour ces victimes.

L’association s’est engagée dans la promotion et la défense des droits socio-culturels des détenus à travers l’appui en matériel et en renforcement de capacités de la cellule culturelle (don de guitare, formation en technique vocale, etc.).

Le projet de lutte contre les détentions préventives abusives est un projet du CQDJ en partenariat avec OXFAM/Intermon, SND (Service National du Développement), SYNAF (Syndicat National des avocats du Faso) qui lui apporte un accompagnement technique et financier.

 Le CQDJ attend de ce projet l’appropriation de la thématique des personnes en détention préventive abusive et l’aboutissement des cas de détention préventive abusive les plus criards et l’engagement de l’État à créer un fonds d’indemnisation pour les victimes  de ces détentions.

Le centre a aussi pour objectif de mettre en valeur la nécessité de la réinsertion des détenus, faire un plaidoyer pour l’harmonisation des prisons et sensibiliser les détenus sur leurs droits.

Yasmine SANON et Alice THIOMBIANO (stagiaires)

Burkina 24

Burkina24.com