Déplacés internes au Burkina Faso : De Kelbo à Boussé, l’histoire de Lamoussa

68

ECOUTER

Fuyant les violences meurtrières dans leurs localités, plusieurs Burkinabè essaient de trouver refuge dans des endroits jugés tranquilles. Lamoussa Sawadogo en fait partie. Elle a été contrainte de quitter la Commune de Kelbo située dans le Soum pour trouver gîte et couvert dans son village natal à Boussé dans la région du Plateau-central. Là-bas, elle vit désormais avec sa famille biologique et des bonnes volontés. Burkina24 est allé à sa rencontre à la fin du mois de juin 2020.

Les violences meurtrières et les assassinats dans le Grand-Nord du Burkina Faso ont eu raison de Lamoussa Sawadogo. La soixantaine révolue, elle vivait avec sa famille une vie tranquille dans le village de Pougouzaïbaogo situé à Kelbo dans la province du Soum.

Seulement le cours de cette vie paisible allait connaitre un bouleversement irréversible qui marquera à jamais leur existence. En effet, des hommes armés  ont fait une descente dans cette bourgade de plus de 3 000 âmes.

« J’ai dû plier bagages pour sauver ma vie. Je n’ai rien emporté à part quelques habits », lâche-t-elle, la voix tremblante. En fait, des hommes armés et enturbannés ont rendu visite à la famille Sawadogo un de ces jours. En reparler, pour elle, c’est comme remuer le couteau dans la plaie.

Tête-à-tête avec des inconnus enturbannés

Elle tente de retrouver ses esprits, le regard dirigé vers le vide, pendant plusieurs secondes avant de se confier à nous. Les femmes présentes dans la cour ce jour, poursuit notre confidente en langue Mooré, ont eu un tête-à-tête avec des inconnus enturbannés. A l’image d’une audition policière, nous nous approchons d’elle afin de lui tendre le micro.

Lire également 👉Vie de déplacés internes au Burkina Faso : Pella, une terre promise

Cette journée trouble aura marqué la vie de cette mère de six enfants. « Avant, on entendait qu’ils ont attaqué tel ou tel village. Mais ce jour-là, à leur arrivée, ils ont demandé à voir nos époux. Nous avons répondu que nos maris étaient absents. Ils disent que, la prochaine fois s’ils ne trouvent pas nos maris, c’est nous qui allons prendre leur sort. En repartant, ils ont emporté tout notre bétail », raconte la dame, les yeux embués de larmes.

La main droite sur le front, fuyant notre regard, Lamoussa avoue ne rien comprendre de sa vie. « Pourquoi nous ? Pourquoi moi ? », ne cesse de se demander la désormais déplacée interne. Mais les mésaventures de cette ménagère et éleveuse d’autrefois ne s’arrêtent pas là. Son époux est assassiné quelques semaines après la visite des hommes enturbannés.

« Le 8e jour après l’assassinat de mon mari, j’ai décidé de fuir »

« Nous avons eu très peur, mes enfants et moi. On pensait que les hommes armés allaient revenir nous tuer aussi », dit-elle, la voix pleine d’émotion. Et d’ajouter : « Nous sommes restés aux aguets pendant une semaine. C’est le 8e jour après l’assassinat de mon mari que j’ai décidé de fuir avec mes enfants. A bord d’une charrette tirée par un âne, nous avons pu regagner le département de Kelbo tard dans la nuit ».

Lamoussa Sawadogo expose son commerce
Lamoussa Sawadogo expose son commerce Lamoussa Sawadogo expose son commerce
Lamoussa Sawadogo expose son commerce

Une fois sur place, elle opte pour le retour dans son village natal à Boussé dans le Kourwéogo. Ses six enfants préfèrent rester au centre-ville de Kelbo pour y vivre. Lamoussa et ses rejetons ne sont pas les seuls à avoir fui les violences meurtrières. « Les autres habitants du village se sont dispersés à travers le pays. Avec ma petite économie, j’ai pu finalement rallier Ouagadougou. Pour regagner Boussé, c’est un parent qui m’a envoyé de l’argent », confie-t-elle tout en tordant son pouce gauche.

Les bonnes volontés et le commerce pour relever le front

Lamoussa Sawadogo salue l’accueil que ses pairs lui ont réservé. Les autorités administratives, religieuses et les bonnes volontés de Boussé, rapporte-elle, ont réuni leurs efforts afin de venir à son secours. « Grâce à eux, actuellement j’occupe l’une des bicoques du pasteur évangélique de Boussé. Je ne compte plus retourner à Kelbo. Je vais demander à mes enfants de me rejoindre. Ici, c’est nettement mieux », se plait-elle à dire.

A Boussé, Lamoussa recouvre peu à peu le sourire. Elle tente de mener des activités génératrices de revenus. Elle s’essaie notamment dans la vente de cacahuètes. Dame Sawadogo souhaite obtenir de l’aide pour élargir son petit commerce ou tout simplement reprendre l’élevage bovin que sa famille menait à Kelbo.

« C’est quelqu’un qui m’a offert 1.000 F CFA. Et j’ai commencé avec le commerce d’arachide. Ça ne rapporte pas beaucoup. Mais, cela permet de m’occuper un peu. D’oublier un tant soit peu ce qui s’est passé. Egalement de pouvoir acheter ma cola et de chiquer mon tabac », marmonne-t-elle.

A la date du 7 juin 2020, le Burkina Faso enregistrait plus de 900 000 personnes déplacées internes sur l’ensemble du territoire.

Jules César KABORE

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici