Crise à l’hôtel Sopatel Silmandé : L’UAS invite les travailleurs à un sit-in ce samedi

47

Crise à l’hôtel Sopatel Silmandé : L’UAS invite les travailleurs à un sit-in ce samedi

Selon Bassolma Bazié, la rencontre de ce jour se tient juste après les dernières rencontres de l’UAS avec le ministre de la fonction publique et celui de la culture, tenues respectivement les mercredi 13 et jeudi 14 Septembre dernier. A l’issue donc de ces deux rencontres, il est ressorti que le patronat est prêt à réintégrer tout le personnel licencié à l’exception de deux personnes, personnes qui semblent être plongés dans des malversations. Dans une moindre mesure, il est prêt à réintégrer l’une des personnes reprochées d’être mêlées à des malversations et exclure la deuxième personne qui se trouve être le délégué.

Le reproche qui est fait à ce dernier est qu’il aurait exhibé une arme sur les lieux du service. A propos du patronat de l’hôtel Sopatel Silmandé, l’UAS estime que les accusations et les sanctions faites depuis le début de la crise au personnel ou encore à des tiers, s’enchainent et varient sans que les preuves ne soient établies. « Nous, nous ne rentrons pas dans ces guéguerres. Ce à quoi on s’en tient, c’est que les travailleurs ont été licenciés. La direction régionale du travail qui répond du ministère de la fonction publique a rendu une décision le 29 mai. Dans cette décision elle a stipulé que, le licenciement ne peut pas être accepté parce qu’il n’a pas respecté les normes de notre pays », a déclaré Bassolma Bazié.

Crise à l’hôtel Sopatel Silmandé : L’UAS invite les travailleurs à un sit-in ce samediAprès ces deux rencontres, l’UAS a jugé de bon ton de rencontrer le personnel de l’hôtel Sopatel Silmandé afin de recueillir leur assentiment. L’UAS a déploré le fait que ces dernières rencontres ne se soient pas réalisées de manière tripartite ; ce qui aurait permis d’éviter certaines contradictions. Qu’à cela ne tienne, elle est restée sur sa position. L’Unité d’action syndicale demande premièrement la réintégration et l’indemnisation de l’ensemble des travailleurs sans condition, sur les bases du départ. Deuxièmement, le respect du protocole d’accord qui avait été signé avant la crise. Et troisièmement, l’UAS demande l’établissement d’une expertise externe afin de vérifier les dires du patronat sur le reproche fait à propos des malversations à lui observé.

L’UAS prévient que si d’ici jeudi prochain, le problème n’est pas convenablement résolu, un préavis de grève sera analysé. Et à la suite de cela, un appel sera lancé à toutes les coordinations des treize régions, à se tenir prêtes.

In fine, l’UAS confirme le sit-in organisé par les travailleurs de l’hôtel Sopatel Silmandé fixé pour ce samedi 16 septembre, et invite par la même occasion, le peuple burkinabé à sortir nombreux afin de prêter main forte aux travailleurs. « Il faut qu’on arrête d’insulter le peuple burkinabé », a martelé Bassolma Bazié.

Tambi Serge Pacôme Zongo (Stagiaire)
Lefaso.net

Lefaso.net