COVID-19 au Burkina Faso : Des citoyens disent être laissés à eux-mêmes

34

En mars 2020, le peuple burkinabè assistait à l’arrivée de la pandémie de Covid-19. Dix mois après, la maladie n’a pas faibli. Le Burkina Faso fait face à une recrudescence de nouveaux cas confirmés. Les autorités appellent à plus de vigilance. Les tests sont disponibles, mais certains Burkinabè soulèvent des points à améliorer. Des jeunes gens ont partagé leurs expériences vécues auprès des services en charge des tests.

Mardi 15 décembre 2020. Il est 7h 30. Ahmed et Justin (noms d’emprunt) se rendent à l’hôpital de Bogodogo pour effectuer leur test. Ahmed a été en contact avec un cas positif à son lieu de travail.

Justin, lui, a été en contact avec un ami qui a été diagnostiqué positif. A 9h 15 minutes, les deux jeunes avaient déjà clos le processus de test. En quittant les lieux, ils laissent derrière eux une longue file d’attente.  

Cependant, la réception des résultats se fera attendre. « L’attente était pénible quand tu ne sais pas ce qui t’attend », marmonne Justin. Le vendredi 18 décembre 2020, il se rend au centre de test afin de rentrer en possession de ses résultats. « Ils m’ont dit que ce n’est pas encore sorti », dit-il.

Et pendant ce temps, le bilan journalier du 15 décembre 2020 faisait état de 91 cas confirmés. Après publication des résultats, Ahmed confie qu’il est parti, lui également, au centre de test pour prendre ses résultats, mais que nenni !

Pour lui, cette situation n’est pas explicable vu que les résultats du 15 décembre ont été déjà publiés. « On dirait que c’était nos résultats qui refusaient de sortir », lance-t-il. Toujours dans l’attente, Ahmed effectue un voyage le 23 décembre 2020 afin de fêter Noël en famille dans la ville de Bobo-Dioulasso.

Toujours sans résultats, Justin, lui, décide de se rendre à l’hôpital le 24 décembre. Mais son déplacement ne portera pas fruit. Finalement, il est contacté par un jeune le lendemain (25 décembre) afin de venir prendre ses résultats.

« Il m’a appelé dans la matinée de passer chercher les résultats de mon test Covid. Je suis allé et je l’ai attendu pendant plus d’une heure. Arrivé, il m’a juste remis mes résultats et il est reparti », explique-t-il.

“Rentrez chez-vous”

Son test s’est avéré positif. « Rentrez chez vous. On va vous appeler après », le jeune aurait balancé ces phrases, selon les dires de Justin. « Ils vont m’appeler pour quoi faire ? », s’exclame-t-il. Pour lui, les résultats « ne sont même plus importants » vu qu’il aurait eu le temps de contaminer toute sa famille et ses amis. Embarrassé, Justin dit attendre toujours l’appel du centre jusqu’au 28 décembre 2020.

Ahmed, quant à lui, n’a toujours pas reçu ses résultats. « Les résultats ne m’intéressent plus. Soit l’histoire de la maladie est fausse, soit les autorités veulent nous laisser contaminer les autres afin de gonfler les statistiques pour avoir des financements encore », s’insurge-t-il.

La situation de ces deux jeunes est loin d’être isolée. Franck (nom fictif) est également dans la même posture. Étudiant en médecine, il dit être sûr que « c’est à l’hôpital qu’il a été contaminé ». Après avoir ressenti les symptômes de la maladie, il a effectué le test qui s’est avéré positif.

« Comme je suis du domaine, j’ai pu faire pression pour avoir mes résultats vite », confie-t-il en ajoutant qu’il a été aussi, au départ, victime de la formule « Rentrez chez vous, on va vous appeler ». Il précise avoir attendu le coup de fil pendant plus de deux semaines. Selon ses propos, l’appel devrait consister à sécuriser sa famille et lui donner un traitement.

Burkina24 a tenté  d’avoir la version des responsables du comité de riposte par rapport à ces témoignages, sans réponse pour le moment.

Basile SAMA

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici