Coup d’Etat au Gabon: Kelly Ondo Obiang portrait d’un putchiste amateur

117

Kelly Ondo Obiang, lieutenant de la garde républicaine, a lancé, le lundi 7 Janvier 2019, un appel à l’insurrection au Gabon, mais sans succès. Portrait d’un putchiste amateur par notre correspondant gabonais Ondo-Louemba Ovono Jocksy.

Né le 15 Septembre 1992 à Mitzic, une localité proche de la partie continentale de la Guinée Équatoriale et éloignée de moins de 200km de Mongomo, ville natale du Président équatoguinéen, Obiang Nguema Mbasogo, le lieutenant Kelly Ondo Obiang est issu d’un milieu très modeste d’un père fonctionnaire et d’une mère commerçante. Père de deux filles agées respectivement trois ans et de , Il est issu d’une nombreuse fratrie. Kelly Ondo Obiang fait ses études primaires à Libreville. Pendant ses études primaires il réside chez un de ses oncles officier supérieur au 1er Régiment parachutiste gabonais (1er RPG), oncle auquel une voue une grande admiration. A la fin de ses études primaires, son oncle lui conseille de passer le concours du prytanée militaire de Libreville. Le jeune Kelly Ondo Obiang est admis avec brio.

Enfant de troupe brillant

En Juillet 2002, Kelly Ondo Obiang entre au Prytanée militaire de Libreville, la toute nouvelle école d’enfants de troupes créée par le tout nouveau ministre de la défense, Ali Bongo en 2001.

Dans cette école dont le but est de former la future élite du Gabon ( Elle a pour devise : De la patrie etre les meilleurs) mais surtout crème de l’armée gabonaise, le jeune Kelly Obiang y suit une scolarité remarquable. Au Prytanée militaire de Libreville Kelly Ondo Obiang apprend le métier des armes et les arts martiaux, élève brillant, il est à douze ans chef de section. Kelly Ondo Obiang reçoit de nombreux prix, mais certains de ses enseignants le jugent «trop curieux» qui se traduit ainsaiment par «potentiellement subversif».

Après une période préparatoire, il est admis à l’école des Forces Armés de Yamoussokro en Cote-d’Ivoire dont il sort diplômé en 2015. Kelly Ondo Obiang est par ailleurs breveté du Centre d’entraînement commando en foret équatoriale du Gabon et titulaire d’un brevet de parachutiste.

Officier brillant doté d’une conscience politique

Kelly Ondo Obiang, intègre la Garde Républicaine avec le grade de sous lieutenant, il est rapidement affecté à la garde d’honneur un bataillon interarmes chargé de rendre les honneurs au président de la république et aux hautes personnalités en visite au Gabon.

Une note des services de renseignements de la garde Républicaine le décrit comme « Très professionel et discret mais pourvu d’une grande culture notament politique ». En effet, Kelly Ondo Obiang ne cache pas son admiration pour Charles N’tchoréré, Charles de Gaulle et pour le Colonel Djoué Dabany (militaire respecté disparu dans un mystérieux accident d’Hélicoptère en 1978).

Kelly Ondo Obiang est selon ses proches «sensible à l’injustice» et selon un de ses collègues à la Garde d’honneur son indignation est née de la crise post-électorale en 2016: «Je pense qu’il a été marqué par ce qu’il a vu en Cote d’Ivoire et au Burkina-Faso, lorsqu’il a vu ce qui s’est passé le 31 Décembre 2016, il était hors de lui, et je pense que l’idée a germé dans sa tête à ce moment là».

« Opération Dignité »

Echappant au maillage éfficace et redoutable des nombreux services de spéciaux dont dispose le Gabon Kelly Ondo Obiang se prépare deux ans, progressivement rallie à sa cause moins d’une une dizaine de jeunes soldats qu’il juge « surs », son plan est simple restaurer la dignité perdue d’un peuple retenu en otage par un pouvoir prédateur en lançant un appel au patriotes se trouvant dans l’armée. La disparition du palais présidentiel d’Ali Bongo à la suite d’un d’AVC mais surtout l’étrange discours à la nation du chef de l’exécutif gabonais lui semble être le signal pour lancer l’ «opération dignité» un appel à l’insurrection des autres soldats de l’armée gabonaise mais aussi des populations . Si des popupaltions descendent effectivement dans les rues avant d’étre rapidement rapidement, les militaires restent l’arme au pied. Kelly Ondo Obiang n’est rejoint que par deux militaires dont un Gendarme en poste à la Radiodiffusion Télévision gabonaise l’adjudant Simon Pierre Ekong et un garde républicain en arret maladie le Sergent Chef Abel Ango. Peu avant midi tout est fini et Kelly Ondo Obiang est mis aux arrêts dans l’enceinte meme de la télévision et non sous un lit comme rapporté par la presse pro-gouvernementale.

Nettoyage en vue?

Le lieutenant Kelly Ondo Obiang a cité imprudemment des personnalités politiques et des responsables de la société civile. Ils risquent fort de devoir répondre à certains interrogatoires. Déjà, la presse pro-pouvoir s’empresse de désigner l’opposition dont Jean Ping et l’Union Nationale comme étant les instigateurs non pas de cette tentative de putsch mais d’un appel militaro- civil à l’insurrection.

Le dernier officier à avoir tenté de renverser le régime établi au Gabon était le Capitaine Alexandre Mandza Ngogouta. Il a été condamné à mort et fusillé en août 1985. Toutefois, la peine de mort ayant été abolie au Gabon, Kelly Ondo Obiang et ses compagnons ne seront pas exécutés et au vu des récents évenements – notamant la conférence de presse du procureur de la république gabonaise – on pense qu’il auront droit à un procès. Reste à savoir s’il sera équitable.

CamerounWeb.com