Commerce : Le Burkina lance le programme pour la facilitation des échanges en Afrique de l’Ouest

102
Commerce : Le Burkina lance le programme pour la facilitation des échanges en Afrique de l’Ouest

Le ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Harouna Kaboré, a procédé, le mardi 13 octobre 2020, au lancement du programme régional pour la facilitation des échanges en Afrique de l’Ouest (FEAO) au Burkina Faso. Ce lancement matérialise la naissance d’une collaboration avec le comité national de facilitation des échanges (CNFE). Le FEAO est mis en œuvre par la Banque mondiale et l’Agence allemande de coopération au développement sous la supervision des commissions de l’UEMOA et de la CEDEAO. Il s’étend de 2018 à 2023 et concerne six corridors de neuf pays.

Améliorer les mesures de facilitation des échanges en Afrique de l’Ouest et les mettre en œuvre plus efficacement ; améliorer la circulation des marchandises le long des corridors ciblés et réduire les obstacles pour les petits commerçants et les autres acteurs clés en particulier les femmes. Tels sont les objectifs visés par le programme FEAO, qui collaborera désormais avec le CNFE au Burkina Faso.

Le ministre en charge du commerce, Harouna Kaboré, dans son propos, a déclaré qu’une enquête menée par le centre du commerce international (ITC), a montré que les échanges commerciaux intra régionaux en Afrique de l’Ouest sont relativement faibles, avec un taux de 15% pour les exportations et 5% pour les importations. Aussi, 73% des entreprises dans les pays de l’Afrique de l’Ouest rencontrent des difficultés dans le cadre de leurs échanges, dues aux barrières non tarifaires (BNT) au commerce.

Le ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat du Burkina, Harouna Kaboré

C’est pourquoi, estime le ministre, « la mise en œuvre du programme régional de facilitation des échanges en Afrique de l’Ouest, permettra aux pays de la région d’asseoir les bases d’une réelle intégration économique entre Etats ». Selon lui, cette activité, qui se tient en octobre, mois dédié au « consommer local dans l’Espace UEMOA », entre en droite ligne de la consolidation des initiatives régionales en faveur de la construction du marché commun, de la promotion des échanges commerciaux intra-communautaire et de la facilitation des échanges.

Six corridors prioritaires de neuf pays de la sous-région Ouest-africaine, sont concernés par le programme FEAO. Tema-Ouagadougou, Abidjan-Ouagadougou, Lomé Ouagadougou ; ce sont trois corridors sur les six que couvre le programme, qui concerne le Burkina Faso. « Ce pays représente donc un élément essentiel du programme de réforme nécessaire pour que le programme atteigne ses objectifs » affirme Seydou Ilboudo, président du CNFE.

Un vue des participants à la cérémonie de lancement du programme FEAO

Selon Maiko Miyake, chargé du programme à la Banque mondiale, ce programme intègre un volet genre, pour prendre en compte les femmes dans les échanges commerciaux transfrontaliers. « L’initiative du programme visant à impliquer activement le ministère en charge de la femme dans les activités du CNFE, mérite d’être saluée en ce qu’elle constitue un moyen efficace pour la prise en compte d’une importante proportion de la population burkinabè que représente les femmes dans le processus de facilitation des échanges dans notre pays » selon le ministre Harouna Kaboré.

Selon la Représentante pays de l’USAID, le Burkina Faso joue un rôle très stratégique dans la circulation des marchandises entre les pays côtiers et les autres en Afrique de l’ouest.

Le programme FEAO 2018-2023 est financé par l’Union européenne, USAID, le gouvernement du Royaume des Pays-Bas et le gouvernement de la République Fédérale d’Allemagne, à hauteur de 75 millions de dollars. Au Burkina Faso le programme entend soutenir le comité national de facilitation des échanges (CNFE) pour la réalisation des objectifs en matière de politique commerciale sous régionale.

Rose Tiemoko-Kabran, Directrice du commerce de l’UEMOA, espère que le programme FEAO, impulse fortement le niveau des échanges entre pays de l’UEMOA, qui depuis cinq ans est voisin à 10%.

« Le CNFE s’emploie depuis longtemps à planifier et à mettre en œuvre des réformes pour la facilitation des échanges. Aujourd’hui, nous nous réjouissons de continuer à faire progresser le programme de réforme du Burkina Faso grâce au soutien, aux ressources et aux conseils du programme FEAO », déclare le président du CNFE, Seydou Ilboudo.

Etienne Lankoandé

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici