Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso : Le bilan des activités réalisées en 2020 jugé satisfaisant

24

La Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) a dressé le bilan de ses activités pour l’année 2020 et celui de la mise en œuvre du Plan stratégique de la mandature 2016-2021 qui tire vers sa fin. Cet exercice de redevabilité a été fait au cours d’une conférence de presse, ce mardi 2 mars 2021 à Ouagadougou.

Ce quatrième rendez-vous s’est déroulé au sein de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) en présence des membres du Bureau consulaire dont Oumar Yugo, président de la Maison de l’entreprise du Burkina Faso. Selon le principal animateur de la conférence de presse, le président de l’institution, Mahamadi Savadogo, l’année 2020 a été une année singulièrement éprouvante pour le Burkina Faso et son économie qui ont dû faire face à la fronde sociale, l’insécurité, la pandémie du Covid-19.

Le présidium

En plus de cela, il a fait observer que ces facteurs ont été exacerbés par la conjoncture économique sous-régionale et internationale marquée par une récession tant redoutée. « Alors que le taux de croissance était initialement attendu à 6,3%, il a été drastiquement réduit à seulement 2% », constate-t-il avec un brin amer. Cette situation a négativement impacté le secteur privé et partant la CCI-BF qui a dû redéfinir ses priorités axées principalement sur le maintien des investissements essentiels, l’accompagnement des entreprises vers la résilience et le développement d’initiatives en vue de la relance économique post Covid-19. Malgré ce contexte difficile, le secteur privé burkinabè s’est montré dynamique et résilient.

Les journalistes lors de la conférence de presse

En terme de mobilisation des recettes fiscales et douanières, la contribution de la CCI-BF a atteint le seuil de 1 439,6 milliards de F CFA contre 1 424, 9 milliards de F CFA en 2019, foi du président Mahamadi Savadogo. Quant aux investissements directs étrangers nets, ils se sont situés à 172,8 milliards de F CFA contre 113,7 milliards de F CFA en 2019. Ce dynamisme a suscité la création de 15 643 nouvelles entreprises contre 13 137 en 2019.

S’agissant des activités propres à la CCI-BF, au nombre des points de satisfaction, à l’en croire, l’on peut relever la poursuite des travaux d’extension et de réhabilitation du port sec de Bobo Dioulasso pour un coût d’environ 10 millions de F CFA, l’avancée notoire du processus de mobilisation du terrain pour la réhabilitation du port sec multimodal de Ouagadougou, la construction des sièges des délégations consulaires régionales. Autres réalisations à mettre à l’actif de la CCI-BF, l’achèvement des travaux de construction du parking dédiés aux gros porteurs à Akassato en République du Bénin, l’opérationnalisation de l’institution de microfinance, SAFINA SA, dont le lancement officiel des activités est prévu pour le vendredi 5 mars prochain.

2021 verra l’accélération de réalisation des grands projets de la mandature, selon le président Mahamadi Savadogo

Des résultats encourageants

Le lancement des activités du projet « archipelago mangue Burkina Faso » et du Programme d’appui à la compétitivité en Afrique de l’Ouest-volet Burkina Faso font aussi parties des acquis de l’année 2020. Dans l’ensemble, le programme d’activités 2020 présente un taux d’exécution physique de 91,56% contre 80,46% en 2019. Ces performances sont positives au regard du contexte sanitaire et sécuritaire national.

Pour ce qui est de l’exercice 2021, les objectifs assignés sont encore plus ambitieux. L’année 2021 sera incontestablement celle de grands défis pour la CCI-BF. Elle devra relever le double défi de l’achèvement des projets majeurs de la Mandature 2016-2021 et celui du renouvellement démocratique de ses instances à travers l’organisation des élections consulaires. Ces élections se tiendront au mois de novembre de cette année. Le président de la CCI-BF a saisi l’occasion pour inviter l’ensemble des opérateurs économiques à privilégier le dialogue et l’intérêt collectif pour des élections apaisées, démocratiques et transparentes.

Le président de la Maison de l’entreprise du Burkina Faso, Oumar Yugo, expliquant les conditions de participation aux élections

De son côté, le président de la Maison de l’entreprise, Oumar Yugo, est revenu sur les critères à remplir pour prétendre à la présidence de la CCI-BF. Il faut, selon lui, être élu dans sa sous-corporation ou dans sa corporation, appartenir à une région et faire partie de l’Assemblée consulaire. « A l’heure actuelle, je ne suis pas sûr que le président Kadhafi est sûr d’être élu dans sa sous-catégorie. Deuxièmement, nous sommes un groupe. Le bureau va statuer sur le bilan qu’il aura fait. On va analyser les avantages et les inconvénients. Et à ce moment-là, nous mettrons en place une stratégie nationale sur les élections au niveau des régions. A partir du moment où nous serions élus, on choisira en ce moment le candidat le mieux placé pour diriger la CCI-BF », répond-t-il lorsqu’on lui demande si le président actuel prendra part aux élections. La cérémonie a pris fin par la remise d’attestation de reconnaissance à trois agents admis à la retraite.

Aïssata Laure G. Sidibé

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici