Burkina : Naissance de la Confédération générale des entreprises

105

Le secteur économique burkinabè vient de voir naître à son sein, une nouvelle organisation pour la défense des droits et des intérêts de toutes les entreprises. La Confédération générale des entreprises du Burkina Faso (CGEB) a ainsi organisé le samedi 13 octobre 2018 à Ouagadougou, son assemblée générale constitutive pour entamer ses travaux. C’était en présence de nombreux entrepreneurs venus de l’intérieur du pays.

La Confédération générale des entreprises du Burkina Faso (CGEB) se présente comme une organisation patronale interprofessionnelle privée et indépendante, un instrument associatif qui se donne pour but de contribuer à dynamiser les différents secteurs économiques et, participer efficacement au renforcement des capacités des acteurs pour l’augmentation de la mobilisation des ressources internes.

Couvrant les 13 régions du pays, selon Martin Sawadogo, président de séance pour l’assemblée générale constitutive, la Confédération générale des entreprises du Burkina Faso (CGEB) se veut « inclusive et embrasse tous les secteurs de l’économie nationale ». Partant, les trois grands secteurs (primaire, secondaire et tertiaire) y sont représentés.

Des représentants du monde économique présents à l’assemblée constitutive – B24

A travers cette assemblée constitutive, un bureau provisoire fort de 18 membres présidé par Hamidou Ouédraogo a été installé pour conduire « les grands chantiers ». Ce bureau a pour tâches premières de former les membres pour renforcer les capacités de chacun dans son domaine, contribuer à la mobilisation des ressources internes en accompagnant les acteurs dans leur processus de formalisation et accompagner les membres dans l’organisation et la planification de leurs activités. Par ailleurs, la CGEB entend jouer un rôle de conseil auprès de ses membres.

« La construction d’une Nation s’est toujours faite avec la contribution active des filles et fils de cette Nation », a fait savoir Martin Sawadogo qui appelé tous les acteurs économiques nationaux comme ceux de la diaspora à prendre part « activement à la vie et au rayonnement de la Confédération ». A noter que l’adhésion peut être individuelle. Les associations et les syndicats du monde économique sont également acceptés.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Burkina24.com