Burkina Faso : Les forces vives de la région de l’Est exposent leurs problèmes au gouvernement

63

En marge du lancement des travaux de réhabilitation de la Route communautaire CU2a tronçon Gounghin – Fada N’Gourma- Pièga- frontière du Niger, le samedi 19 septembre 2020 à Fada N’Gourma, le chef de l’Exécutif, Christophe Marie Joseph Dabiré s’est entretenu avec les forces vives de la région de l’Est. A cette rencontre, les préoccupations des populations de l’Est ont été portées au chef du gouvernement qui a promis d’en apporter des réponses.

Malgré les énormes potentialités dont regorge la région de l’Est (la plus vaste du Burkina), elle fait face à plusieurs contraintes, lesquelles entravent son développement. Parmi ces contraintes, on retient le mauvais état du réseau routier, le faible maillage sécuritaire, la faible maitrise de l’eau pour la production agro-sylvo-pastorale, halieutique et faunique, la faible disponibilité de l’accessibilité à l’énergie, la situation sécuritaire délétère et imprévisible et la récurrence des conflits liés à la chefferie coutumière.

Ces dernières années, l’apparition du terrorisme dans cette région, a provoqué une paralysie de son économie et des milliers de déplacés internes suite aux attaques terroristes. A cela s’ajoutent, les fortes pluies qui ont engendré beaucoup de sinistres dans la région.


Une vue des forces vives de la région de l’Est

Face au Premier Ministre Christophe Marie Joseph Dabiré, les forces vives de cette partie du Burkina ont fait des propositions de nature à lever les goulots d’étranglement qui handicapent leur développement.

L’occasion a été belle pour le Président du Conseil Régional de l’Est Paripouguini Lompo de plaider pour l’organisation de la fête de l’indépendance en 2022 dans la région de l’Est.  

Les femmes, quant à elles ont demandé au Premier Ministre, le renforcement du plateau technique du Centre Hospitalier Régionale de Fada en dotant sa maternité d’équipements adéquats et de médecins spécialistes.

En termes de production maraichère, l’Est produit environ 15 000 tonnes de tomate par an mais les producteurs sont toujours confrontés au problème d’écoulement. C’est pourquoi, il a été demandé au gouvernement l’installation d’une unité de transformation de tomate à Fada.

La représentante des femmes a également plaidé pour l’octroi de financements aux femmes déplacées internes pour la réalisation des activités génératrices de revenus.

Au niveau de l’enseignement supérieur, le président de l’Université de Fada a demandé l’opérationnalisation de la filière de sciences de la santé (SDS) à la rentrée académique 2020 – 2021.

La sécurisation des lieux de culte et la promotion de la liberté religieuse a été une requête formulée par l’église catholique alors que le porte-parole des retraités a plaidé pour une augmentation de la pension.

Le chef du gouvernement qui a salué la mobilisation des fils et filles de la région autour du programme présidentiel a promis d’examiner les préoccupations qui ont été formulées. Cependant, il a indiqué que la région de l’Est étant dans l’œil du cyclone terroriste, il est impérieux de travailler à combattre la stigmatisation et le repli identitaire.

« Aujourd’hui les forces vives de la région de l’Est ont démontré leur capacité à analyser la situation dans laquelle vit la région, et à identifier les différents problèmes et ensuite à proposer des solutions.   Et c’est ce qui m’édifie », s’est réjoui Christophe Marie Joseph Dabiré.

Avant de quitter la Cité de Yendabri, le Premier Ministre a lancé un message d’unité et d’espoir aux populations de de la région de l’Est.

Maxime KABORE

Burkina 24

 

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici